Rve de femmes
Vous êtes ici : Accueil > Revues > No 49 - Les expériences de mort imminente
 
 
 
N°49 - Les expériences de mort imminente
N°49 - PDF - Les expériences de mort imminente
N°48 - La non-éducation
N°48 - PDF La non-éducation
N°47 - Ados et Sexualité : des réponses à leurs questions
N°47 - PDF Ados et Sexualité : des réponses à leurs questions
N°46 - Abusée, violée, sensible et pleinement vivante
N°46 - PDF Abusée, violée, sensible et pleinement vivante
N°45 - S'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend
N°45 - PDF S 'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend
N°44 - Cultiver la joie
N°44 - PDF Cultiver la joie
N°43 - Rites des Premières Lunes
N°43 - PDF Rites des Premières Lunes
N°42 - Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ?
N°42 - PDF Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ?
N°41 - L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ?
N°41 - PDF L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ?
N°40 - L'appel de la Femme Sauvage
N°40 - PDF L'appel de la Femme Sauvage
N°39 - Se séparer sans se déchirer
N°39 - PDF Se séparer sans se déchirer
N°6 - PDF Agenda lunaire 2016 - N°6 -
N°38 - Une femme avec une femme
N°38 - PDF Une femme avec une femme
N°37 - Amour, tendresse, fluidité
N°37 - PDF Amour, tendresse, fluidité
N°36 - La fonction de l'orgasme
N°36 - PDF La fonction de l'orgasme
N°5 - Agenda lunaire 2015 - N°5
N°35 - PDF Oser rêver grand et vivre ses Rêves
N°34 - PDF Sorcières, soeurcières, sourcières d'aujourd'hui
N°33 - PDF La Gynéco autrement
N°32 - PDF Les blessures sexuelles
N°31 - PDF Vivre en harmonie avec son cycle lunaire
N°30 - PDF Le Polyamour
N°29 - PDF Rites de purification
  - Agenda lunaire 2013 - N°3
N°28 - PDF La fidélité : à qui, à quoi ?
N°27 - PDF Tentes rouges, Cercles de Femmes
N°26 - Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G... - Parlons d'amour et de sexualité aux ados PDF
N°25 - L'argent, une valeur féminine - Décoder le calendrier Maya PDF
N°2 - Agenda lunaire 2012 - N°2
N°24 - Mystère et Puissance de la Matrice - Lorsque les Mères saturent PDF
N°23 - Femmes lunaires, femmes solaires - Secrets de beauté au naturel PDF
N°22 - L'Homme honore le Féminin - Histoires de Seins PDF
N°21 - Les Archétypes - Accouchement Orgasmique PDF
N°1 - Agenda Lunaire 2011
N°20 - PDF Saisons de vie - L'enfant... école alternative
N°20 - Saisons de vie - L'enfant... école alternative
N°19 - Réinventons le couple - Perceptions subtiles PDF
N°18 - Ménopause épanouie - Tao des émotions PDF
N°17 - PDF Contraception naturelle - Rivalité... Sororité
N°17 - Contraception naturelle - Rivalité... Sororité
N°16 - L'IVG - L'Apparence reflète l'Intérieur PDF
N°15 - PDF Le Sang des Lunes - Pretresses d'aujourd'hui
N°14 - PDF Contes Initiatiques - Sexualité Yin
N°14 - Contes Initiatiques - Sexualité Yin
N°13 - Femmes en réalisation - Prière... action PDF
N°12 - PDF Gratitude - Danse, Grand-Mère
N°11 - Du corps à l'esprit - Femmes de Pouvoir PDF
N°10 - Femme créative - Porter la Vie
N°9 - Semences pr l'à-venir / Mère Terre
N°8 pd - L'Esprit des Plantes - S'ouvrir à la Mort
N°7 - Le Don d'Amour - Sexualité Sacrée PDF
N°6 - Gai-rire de soi - Apprentie de la Vie PDF
N°5 - La Voix du Silence - Notre lieu de Pouvoir PDF
N°4 - Appel des Femmes... conscience planétaire PDF
N°3 - Responsabilité/Liberté - ...les Ados PDF
N°2 - Sororité/Coopération-Ménopause... Sagesse PDF
N°1 - Cycles du corps-Cycle Lunaire Féminin PDF
 
 
 
Affichage mosaïque
 
 

Si vous souhaitez créer un lien vers notre site, insérez notre bannière en copiant le code suivant :

<a href="http://www.revedefemmes.net" target="_blank"><img src="http://www.revedefemmes.net/banniere.jpg" alt="Rêve de Femmes" border="0" /></a>

 

Les expériences de mort imminente - N49

> Extrait | > Galerie | > Portrait

SOMMAIRE

02 Livre-toi
03 Édito / Karine Nivon
04 Sommaire

06 CARPE DIEM
07 Célébrons la femme debout / Christine Marsan
08 Astro mondiale / Daniel Testard
10 Énergie de saison / Marianne Soupé

12 CORPS ACCORD
13 Caler mes pas sur ceux de la Terre / Chrystelle Bobel
15 La Révolution des Yoni / Mahasatvaa Ma Ananda Sarita
17 L'ayurvéda au féminin / Nathalie Geetha Babouraj

19 PARFUMER L'ESPRIT
20 Le coeur se livre / Sylvie de Berg
21 Femmes alchimistes / Marie-Laure Dellea-Loisance
22 Éditions Rêve de Femmes
24 À la source des contes / Sylvie de Berg
26 Nature d'homme / Xavier Eloy

27 TISSONS NOS LIENS
28 Vers une parentalité bienveillante / Sophie Rabhi-Bouquet
29 Matern'elles / Clémence Laloue

30 DOSSIER : LES EXPÉRIENCES DE MORT IMMINENTE : QU'ONT-ELLES CHANGÉ DANS VOTRE VIE ?
31 Parenthèse entre adieu et au revoir / Stéphanie Prat
33 Vers plus de lumière / Isabelle Challut
35 La mort ouvre sur la vie / Nicole Dron
37 Un pas-sage vers ma mort / Yanelle Ubeda
40 Et après ? / Rajâa Benamour

42 Un temps pour soi / Coralie Descheemaeker

43 POUR L'AMOUR DE L'ART
44 Portfolio : Narayan

49 PARTAGE : DONNER NAISSANCE EN CONSCIENCE
50 Le plan, la boussole, l'itinéraire, le but / Legend Keeper Géraldine
52 Tu accoucheras dans l... extase ??? / Anne Douchet Morin
54 Toi en Moi, Toi et Nous ! / Élodie Dorange
56 Ce n'était pas cette conscience-là. / Amandine Lagarde
58 Sur la Terre comme au Ciel / Pauline Beau
60 Dans la lumière de mes entrailles... / Claire Morinière
62 Accompagnement global de l'Être à venir / Ophélie Simon
64 Je jouis donc tu nais / Aurélie Mazerm Viard
66 Vous avez dit Accouchement orgasmique ? / Hélène Goninet
68 Naissance orgasmique / Yaël Catherinet

69 GARDIENNES DE LA TERRE
70 Femmes de boue / Nydia Solis Tzaquitzal

73 NOURRITURES TERRESTRES
74 Délicieuse nature / Cloé Dumel

76 Bulletin de commande
78 L'Agenda des Femmes
79 Pubs
84 Le Rêve d'une femme / Susana Olalla

 
 

 

EXTRAIT

EXTRAITS DES ARTICLES RETENUS POUR LE SITE "DONNER NAISSANCE EN CONSCIENCE"

1/ Amal BAKKAR / » www.blog-parents.fr/mixparents-mixenfants
La Naissance : tout est symbole en conscience
« Le voilà enfin le bébé tant attendu qui vous aura épanouie pendant plusieurs mois, fatiguée les dernières nuits ; sa grotte de 9 mois n’existe plus et il installe d’un coup d’un seul ses bagages dans votre vie dès les premiers cris à la maternité. Voilà, le jour J est enfin arrivé : vous êtes bel et bien parent pour la Vie. »

… « Trouvez donc votre juste place avec bienveillance pour que votre enfant y trouve la sienne au milieu d’un univers masculin et la douceur d’un univers féminin mêlé d’humour.
Le dialogue qui est la règle d’or pour cette évolution sera la carte majeure à exploiter pour vous et vous avez le droit à l’erreur… Être Parent, c’est l’apprentissage d’une vie même quand votre cher et tendre enfant aura pris son envol…
Une chose est certaine : votre enfant a une place centrale, le moteur de votre vie tant qu’il est sous votre aile (et parfois même après si il décide d’être un Tanguy). »

Il est important en tant que femme de vous réaliser en parallèle de la casquette maman à vie et de vous offrir la possibilité d’une carrière qui vous plaise et de réaliser vos rêves d’enfants.


2/ Anne Chapon / www.anne-terre-ciel.com
Une non-naissance en conscience. Et si donner naissance en conscience devenait parfois ne pas donner naissance…

« C’était sûr, j’allais être maman, je me réjouissais. C’était mon vœu le plus cher.
Mais je t’ai donné le choix – ô je le sais bien, tu n’avais pas besoin de mon accord. Une naissance, c’est une cocréation. Je t’ai parlé. Je t’ai dit que tu serais accueillie avec amour, que tu serais la bienvenue, mais que je sentais un contexte difficile, que ce n’était peut-être pas le bon moment (mais est-ce jamais le bon moment ?) et que je te laissais le choix de venir ou de repartir. Je reconnaissais ta liberté de choisir de naître ou de ne pas naître.
… « Et si c’était toi qui m’avais donné naissance ? Grâce à toi j’ai senti en moi la maternité. Oui, j’étais bien une femme, une mère potentielle. Dans l’année qui a suivi, ma propre gestation s’est accélérée. Je me suis positionnée dans mes choix de vie et ai réinterrogé mes priorités. Et je suis plus que jamais en train de naître à moi-même. »


3/ Catherine Wagner / www.wagnercatherine.com

Oya Laïa. 9 semaines de grossesse et un accouchement à domicile. Un enfantement en conscience. Un temps à trois pour s’apprivoiser et apprendre à s’aimer.
« Je sens que tu es autour de moi petite fleur, que ta présence m’appelle à t’accueillir.
Le temps de s’accorder avec l’aimé, de dire oui à la vie et tu es là, en moi, dans mes entrailles. La confirmation d’une gouttelette nous plonge dans l’extase d’être parent. »

…« Je travaille énergétiquement pour que ce fœtus descende, je suis prête. Une échographie me permet de me rendre compte que le travail a commencé et me rassure. Je décide de prendre un médicament pour accélérer le travail. Le lendemain, les contractions commencent. J’ai une telle force en moi, avec papa à mes cotés. J’ai besoin d’eau chaude et d’être nue. Je m’écoute, un instinct en moi me fait bouger. Apaisements, douleurs, contractions dans le corps et dans la tête… »
… « Le temps qu’il faut pour écouter, vivre les émotions et les projections faites. On enterrera la Petite Fleur au pied d’un tilleul. Des plantes pousseront avec l’engrais du sang perdu pendant cette attente. Des rituels avec papa. Des mots pour écouter nos corps et nos esprits. Une blessure à apprivoiser et le besoin de la partager, d’entendre les autres aventures des petits êtres partis plus vite que prévu. De raconter les émotions, les attentes, les tristesses.
Et puis un jour, l’aventure recommence… »

4/ Christelle Mossière / www.koale.fr

Accueillir la vie, sublime étincelle de lumière

« Accueillir la vie est un moment d’intenses transformations physiques, psychiques, énergétiques, pleinement ouvert aux émotions et à une grande sensibilité.
C’est une proposition à mettre de la lumière sur ses états d’âme et son état d’être intérieur ainsi que la possibilité d’ouvrir son cœur et son esprit à l’exploration des besoins inhérents à l’arrivée d’un petit être sur Terre et de l’accompagnement de son voyage en conscience. »

… « Être au cœur de soi suggère d’y être accompagnée, guidée, encouragée, d’en recevoir la transmission ; de cultiver le lien avec les sensations de son corps, ses ressentis pour aussi sentir la présence de son bébé qui a pris place dans son nid.
Il paraît alors essentiel de prendre soin de son corps physique, de ses émotions, de son énergie vitale qui circule, de la dimension spirituelle de la vie.
La méditation, l’introspection, la présence à soi sont des possibilités pour nourrir la certitude qu’elle a naturellement la capacité de vivre une expérience magique et transcendante. »

… « Dès la préconception, le bébé humain s’imprègne de son père, de sa mère, de leur propre environnement et de leur entourage. La périnatalité conditionne la vie de l’être à venir, alors peut-on imaginer un instant l’impact qu’auraient, sur l’humanité, des naissances guidées par l’amour, la confiance, le respect, la force ?... »


5/ Daniel Testard / www.sacreschants.com
Née des fleurs
« Toute gestation nécessite une certaine intimité. Voilà venue la dimension quasi sacrée. D’être avec soi, ô bénédiction, dans le silence de sa propre création. D’un désir ou d’une idée, du rêve à la réalité, un temps précieux et discret doit être respecté. Le secret protègera en toute garantie cette forme encore indéfinie. Un tapage prématuré est un danger pour cette fragilité qui n’est pas encore née. Ce petit ballon d’espoir, trop vite crevé, risquerait de se disperser dans les nuées, le vide saisissant l’âme du sentiment d’être volée, dépossédée de son trésor, son enfantement. Ce que l’on nomme « gestation » est un gonflement du désir à l’intérieur d’une protection. D’où la nécessité de prendre le temps de « faire l’amour » avec la semence en soi déposée. Ce pollen au creux de la fleur, de la corolle, du calice, qui ne peut et ne veut se précipiter.
C’est ce que fit Blodeuwedd en gardant chaudement en elle-même son désir de femme, attendant en son cœur secrètement qu’il se présente.
Ce qui fut... et c’est un homme ! »

6/ Eva CHIRON
La naissance d’une sorcière
« Ayant retrouvé ses esprits après la chute, elle commence l’aventure. De rêve en rêve, elle se découvre de multiples facettes. Ses sens se développent, son instinct grandit. Elle voit au-delà. Touche avec les yeux. Sent avec son cœur. Écoute les silences. Se déplace dans le temps. Et retrouve le goût de la vie.
Dans la nuit, apparaît une sphère d’une luminosité de diamant, ses rayons sont chatoyants. La lumière baigne son esprit qui s’éclaircit, traverse son cœur qui se remet à battre, et vient se loger au creux de son ventre dans un mouvement tournoyant. Son regard, tourné vers le ciel, embrasse la lune. Et dans un sentiment de gratitude elle ressent chacune des cellules de son corps scintiller et pétiller à l’unisson.
Son corps s’anime, elle nage dans les premières eaux n’ayant pour seul manteau que la nudité de sa peau. Ses pieds touchent terre, et dans une respiration profonde, elle dit oui à la vie. »

7/ Gaëlle Faye
FEMME-VIE. De la grossesse à la rencontre : un chemin…

« La grossesse pose les fondations de la naissance. Elle est un chemin initiatique.
Je me suis retrouvée face à moi, face à mes peurs. C’est étrange de porter la vie et de découvrir la peur de la mort.
Puis j’ai appris à faire confiance à mon corps qui se transformait. J’ai appris à le respecter et à le faire respecter. J’ai appris à me faire confiance malgré des problèmes dits « à risques » par le corps médical. Je me suis entourée de femmes de savoir et d’expérience qui m’ont guidée et soutenue dans la vie comme dans le suivi de la grossesse. J’ai choisi et affirmé mes choix en vue du meilleur pour moi et pour l’enfant en moi. Ce fut parfois difficile… Je me suis préparée à rencontrer la douleur comme une alliée. Je me suis entraînée comme une athlète à libérer la grande force créatrice de vie.
J’ai pleuré, j’ai ri, j’ai rêvé mes enfants avec l’homme-vie qui m’a fait ces cadeaux… et bien sûr, de gré ou de force, j’ai ralenti la cadence au rythme de la douceur et préparé le petit nid... »
… « Enfin arriva la rencontre. Forte et douce à la fois.
La vague était devenue une vague d’amour inconditionnel en moi. Je découvrais un amour jusqu’alors inconnu et une félicité profonde.
J’ai découvert le vrai sens de la pureté en plongeant pour la première fois mon regard dans les yeux de mes bébés… J’ai senti leurs petits corps mouillés sur mon corps nu. J’ai offert mon sein nourricier... et j’ai goûté encore et encore ce bonheur...
Pour la merveilleuse naissance à la maison, nous avons été accompagnés de deux sages-femmes, deux fées, anges de douceur et de discrétion, gardiennes des savoirs de vie. Ces femmes sont des trésors à préserver, à encourager, à défendre car elles sont aussi gardiennes de notre liberté.
Merci à toutes ces femmes sages qui s’engagent pour les femmes et la vie. Merci la vie… »


8/ Ingrid Defretin
Entre les Portes…

« Une fois, je suis entre-née par un Son. Il brûle encore son infini.
Le 6 mai 2016, alors que je viens de creuser mon chaos dans un stage de voix, alors que je viens de verser 48 heures de larmes et de sons sur mon ventre blessé, la Lumière envahit mes entrailles et les transforme en berceau vibrant : c’est une flamme surgissante d’une clarté ineffable. Douce et sûre, elle s’empare de mon espace, éclaire mon présent depuis un futur qui me révèle mère. Et je suis aussi cette flamme, dans l’alcôve de mon bassin : éclat pur de Lumière contenue et irradiée. La Vie peut vivre en moi, peut naître par moi. Circulation jusqu’alors inconcevable. Je saisis la perfection précieuse de cette révélation. Instantanément mon incarnation n’a plus le même sens, plus le même ordre. Mon édifice de certitudes s’écroule, une confiance me surprend. La continuité de vie revient à la surface, échos des Anges. Les mondes se superposent à nouveau, mes « êtretés » se rejoignent à l’intérieur, se regardent et se Reconnaissent : l’Alliance a lieu dans le Silence. L’Alpha est l’Omega. Je Sais. Je Suis.
Le chemin se développe et m’élève à naître Mère, sauvage-divine, car l’Enfant pluriel a fait résonner son éclat sous ma voûte. Depuis la flamme jaillie, je marche avec deux âmes, deux Sons, et nous nous préparons. Mes enfants-guides participent déjà à mes choix, Sacrés, pour l’Accueil et l’Amour justes, et insufflent une confiance que rien ne peut ébranler. J’évolue suspendue entre les ciels, et mes rires mêlés aux leurs ont un goût de sagesse. »


9/ Magnoline
Péri or not péri

« Mettre au monde oui, mais à un monde respectueux. Préserver mon enfant, au moins pour sa naissance, de cette folie actuelle de vouloir tout comprendre pour dominer, de vouloir tout gérer pour accélérer, de vouloir tout artificialiser pour sécuriser, prétextes puissants pour pouvoir rentabiliser. Se préserver de techniques aux effets secondaires encore peu connus à court terme et quasiment inconnus à long terme, tant sur le corps que sur le psychisme, tant de l’enfant que de la femme. »
….« Alors quoi ? Certes tout n’a pas changé, mais j’ai à présent une expérience intime et profonde de ce merveilleux mécanisme, cette magie de l’ouverture maximale d’un corps, ce fascinant prodige de la nature.
J’ai également acquis, arme et richesse, la certitude d’en être capable, une estime renforcée face à d’autres capacités à venir.
Mais j’ai avant tout et surtout franchi une étape importante dans la conscience de mon corps, la sensation d’avoir entamé une communication plus fluide, plus honnête et plus consciente avec mon vaisseau sur terre, j’ai pu être en communion avec ma matérialité, m’y soustraire totalement et la respecter profondément… et cela m’apparaît à présent aussi essentiel que prendre soin de mon âme.
Alors oui, j’ai réussi, mais ce n’est pas un aboutissement, c’est un nouveau départ de plus dans ma vie, un tournant ou une révélation vers plus de présence à mon être et sa matérialité profonde.
Un commencement de plus, intense et mérité, qui s’égrène sur mon chemin de vie et pour le cheminement de notre couple. »


10/ Marie-Pascale Boré / www.terressources.fr
L’utérus, une sacrée mémoire !

« « Ce que vous faites au plus petit d’entre nous, c’est à moi que vous le faites . »
Cette phrase est devenue ma réalité le jour où je suis entrée en contact vibratoire avec mon utérus. Je sortais d’une consultation médicale où l’on m’avait annoncé que si je ne prenais pas des hormones chimiques, on devrait me retirer mon utérus... en tant que Moon Mother vous pouvez imaginer ma réaction : non ! Non au retrait de ma source créative et non aux hormones de synthèse qui m’ont déjà tant fait souffrir !
J’avais quelque chose à comprendre pour autant... Je me suis mise à l’écoute de mon utérus. Celui-ci s’est mis à vibrer et m’a mise en contact avec ses mémoires. J’ai pris alors pleinement conscience que toute femme porte dans son utérus la mémoire du monde. Je me suis ainsi reconnectée tout d’abord à la souffrance des femmes qui ont subi des violences : celle du viol, de la maladie, de la grossesse et de l’accouchement, du non-respect de leur souveraineté... puis à la souffrance de ceux qui sont passés par là, c’est-à-dire nous tous en tant que fœtus... ceux qui y ont vécu et ressenti les émotions maternelles pendant neuf mois ou moins, la disparition d’un jumeau, le refus d’incarnation, l’IVG, le stress d’une naissance violente... Tout est là en mémoire »

11/ Marlène
Ma conscience de la naissance

« Dans mon imaginaire la grossesse était un fardeau, l’accouchement une torture. D’ailleurs, j’avais toujours trouvé les nouveaux-nés particulièrement repoussants et ne comprenais pas qu’on puisse s’extasier. De toute façon, je ne pensais pas donner naissance un jour donc ça ne m’intéressait pas.
Lorsqu’avec mon compagnon, notre désir irrationnel d’enfant survint soudainement, j’étais un peu embêtée.
Ma co-habitante m’a alors prêté Intimes naissances, choisir d’accoucher à la maison. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps : mon étrange désir avait rencontré ma fibre militante, déjà bien enracinée. Ma curiosité insatiable d’apprendre et d’essayer de comprendre tout ce qui ne tourne pas rond était comblée pour un moment. J’étais bouleversée par ces constats totalement révolutionnaires. Ce serait vraiment naturel de donner la vie ! Ou incongrus : des femmes en jouissent. Je restais incrédule : c’est un acte sexuel ! Le sacré de cette puissance féminine me semble tellement évident, maintenant que j’en ai conscience.
Non seulement je n’avais plus aussi peur d’accoucher, mais j’étais fascinée et je suis tombée enceinte. La conscience de cette réalité de la naissance résonnait en moi comme une évidence profonde. Pouvoir accueillir cette nouvelle vie, comment, où, et avec qui je veux était devenu mon choix. »


12/ Malou Moon (nom donné par mes enfants, « maman, tu es la lune ! »)
Se donner naissance...

« Ce bébé, c’est Noé. Sa naissance est arrivée sans prévenir même si ça contractait depuis une semaine quand même. Sur une contraction forte qui m’a fait dire « ah enfin ! », il a fallu virer des potes ! Cette fois-ci, j’ai eu peur, ça allait trop vite, je suis entrée en phase de désespérance dès la première contraction... La puissance de cette naissance, la violence devrais-je dire m’ont fait sortir de mon corps sans que je sache ce que ça signifiait à ce moment-là. Quelques flashs restent « pense ouverture, dis oui, laisse-le venir », mon mari qui me dit qu’il arrive (nos amis viennent de partir !), qui me sort du bain (m’a-t-il portée ?) et ce cri rauque, qui sort d’où ? Je ne sais pas. Et mon bébé qui fait son chemin, j’ai les pieds sur Terre (je les vois mais je ne les sens pas) mais où est ma tête ? Mon cœur implose, comment peut-on aimer autant ? Encore et encore ? J’ai l’impression d’être le tout, le monde, d’être ici et partout à la fois. Tellement puissante et tellement impuissante. Cette puissance de compréhension si furtive du grand TOUT et cette impuissance à ne pouvoir faire autre chose que de vivre ici et maintenant ce que j’ai à vivre, donner naissance.
Noé a maintenant trois ans et toutes les croyances que j’avais se sont écroulées. Je n’ai jamais eu autant conscience depuis que j’ai conscience que je ne sais rien, que je ne suis qu’une poussière dans l’univers. Forte de mes nouvelles convictions qui me feraient passer pour une folle dans ma famille d’athées, je sens qu’un jour, une autre petite âme viendra s’inviter dans notre famille. À ce moment-là, mon champ de conscience sera encore différent.
4 enfants, 4 naissances, 4 consciences tellement différentes... mais je ne sais toujours pas ce que c’est que donner naissance en conscience, le saurai-je un jour ? »

13/ Mélina Leger / http://khanyaetlalune.wordpress.com
Petit d’Homme

« La vie est une chose soyeuse, l’être est notre énigme. Car, qui sont ces vagues éternelles et ces souffles éphémères ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Qu’est-ce qui demeure encore caché de notre entente, de notre vue ? Où mènent les chemins que nous prenons ? Où nous mènent ceux qui nous entraînent ?
Petite fille de l’ombre je me croyais. La coupe au joyau qu’est mon fils me fit entrevoir le trésor de l’être.
L’existence est exponentielle, imprévisible. Et la perception que nous avons d’elle se réduit à l’entendement que nous avons de nous-mêmes. Aujourd’hui, autour de moi, en moi, les ombres ont des visages, les vibrations sont des voix, la fréquence une lumière. Je pars à la reconquête de qui je suis.
Frères humains, dit l’enfant, garde en toi la chimère. Au regard du sage vivre est folie et pour lui la beauté est le bras tendu de la démence. Ne sois pas le sage. Risque, élargis ton sentir et ta conscience. Rencontre ce point, celui-là même où tu te trouves nue, où naît la poésie et la danse.
Ma mère, tu es libre. Et, avec moi, rappelle-toi qu’ensemble nous nous sommes choisis. Rappelle-toi que chaque jour nous apprendrons à naître.

L’enseignant d’amour écarquille les yeux dans le silence. L’être grandit. Les cœurs se mélangent.
Qui es-tu mon tout petit ?
Libre est celui qui accueille et se délecte. »

14/ Perticane
Femme, mère et femme

« Donner naissance, c’est décider.
J’ai choisi d’avoir des enfants sans espoir d’être secondée par leur père. À l’heure des familles décomposées ou recomposées, quand les hommes sont au gré du temps amants, quasi inconnus, géniteurs, pères, beaux-pères… nous, les femmes, sommes les garantes d’une stabilité pour nos enfants.
Aujourd’hui, devenir mère, c’est décider de prendre en charge, peut-être seule, pendant une vingtaine d’années au moins, une personne qu’on ne connaît pas, dont on pourra être fière – ou non –, qui nous reprochera des multitudes de défauts, à qui il faudra tant donner sans espérer de retour. C’est prendre une responsabilité sans échappatoire. C’est aussi gérer les tiraillements d’une relation qui s’arrêtera peut-être avant d’avoir accompagné son enfant vers l’autonomie, vers un avenir qu’on essaie de construire dans un monde de plus en plus complexe.

Pourquoi se lancer dans un tel challenge ?
De l’envie d’avoir un enfant à sa venue au monde, la route est longue et c’est bien.
Les changements du corps aident ceux dans la tête. Depuis la nuit des temps, l’instinct de survie a porté des Hommes et des Femmes qui n’avaient ni les connaissances ni les équipements qui semblent aujourd’hui nécessaires pour accueillir un enfant.
Chaque enfant est une nouvelle aventure. J’ai choisi pour l’une, accepté pour l’autre, décidé de m’engager dans un voyage qui n’est pas prêt d’être fini. Seule, je dois tenir la barre mais je ne regrette rien. »


15/ Myriam Mbaya
Déesses au service de la Vie

« J’avais souvent entendu dire que la naissance ne se passait jamais comme on l’avait projetée, nous avions donc évité toute projection qui nous aurait, sans aucun doute, menés à la culpabilité, la honte ou la frustration, les événements ne correspondant pas aux idéaux que nous nous serions fixés. Aujourd’hui, je peux le dire : Dieu Merci ! Nous n’avions rien prévu, suivant simplement le cours de nos ressentis, les visites de contrôle et les cours de préparation à l’accouchement mention sophro… »
Ce moment où nous croyons que nous n’y arriverons plus, que nous allons mourir. Mourir pour transmettre la Vie. Ce moment où j’ai croisé le regard de ce futur papa, impassible, d’une confiance sans faille. Cet instant où une force de vie nous habite à tel point que tout nous dépasse. Un raz de marée où l’on peine à reprendre notre souffle. Ce moment où l’on est animée, pantin de la vie – encore plus que d’habitude (!) – et que seules les histoires d’âme comptent. Ce cycle vie-mort-vie. Le tumulte d’émotions. « Respire, tu es capable. Tu es une Déesse au service de la vie. » Et puis le calme. Et le cri.
Deux heures de travail. Trois poussées. Elle était là. Et depuis ce jour nous n’avons jamais été séparées plus de trois heures.
Cette naissance a sonné ma renaissance. J’ai contacté en moi cette capacité à reconnaître que « je suis capable ». Et les jours où j’ai l’audace de douter de moi, ma fille me rappelle, par sa simple présence, que ce n’est qu’un mensonge que ma tête me raconte. Un mensonge qui, quels que soient le scénario et le contexte, va contre une vérité inconditionnelle : Nous sommes les reines de chacun de nos royaumes, des Déesses au service de la Vie. »


16/ Natalia Dobrescu-Weisse
Créer ma bulle

« J’ai mal, je suis fatiguée, mon bassin va se désintégrer et j’ai presque oublié ce que je suis en train de faire… Juste envie de hurler, de tout déchirer, je ne suis que douleur. Soudain, d’un coup de baguette magique, je sens quelque chose qui traverse mon sexe, et la douleur s’envole, disparaît, comme si elle n’avait jamais été là. À peine le temps de reprendre mes esprits, j’entends un petit bruit, comme un « bonjour ! », et la sage-femme qui me dit tout doucement que mon bébé est là, que je peux le prendre dans mes bras. Et là, tout me revient : j’étais en train d’accoucher ! Et je regarde ce bébé, tout petit, tout paisible, posé sur le matelas sous moi, et qui me regarde tout calmement. Un nouveau coup de baguette magique, je tiens ce bébé tout chaud contre moi, je suis assise dans les bras de mon compagnon. Nous sommes juste trois dans la pièce, la sage-femme s’est délicatement absentée, nous laissant le temps de la rencontre. Le temps de s’observer, de s’admirer, de former cette bulle à trois. Le temps s’arrête… Je suis là, sereine, à plonger mon regard dans ce regard, dans ces deux yeux qui m’offrent toute leur confiance. La sage-femme revient. « Alors fille ou garçon ? » Ah… on n’a même pas regardé… trop absorbés à créer notre bulle d’amour, à profiter de ce temps infini de rencontre, de ce toucher en peau à peau tellement délicat, tellement doux, tellement plein.

Je suis enceinte !!! Quel cadeau de la vie ! Je m’abandonne à la magie de la vie qui fait qu’un être, par je ne sais quel miracle, est en train de pousser dans mon ventre »


17/ Nora Iris’Æl
Naître à sa création…

« Artiste, je ne peux m’empêcher de croire que la création est un acte qui donne naissance. Notre création, le fruit de nos entrailles (que nous soyons homme ou femme), émerge dans ce monde poussé par la force de nos volontés. Notre enfant est mis au monde.
À ceux qui parlent d’un processus artistique, je réponds par ces mots : je donne naissance à ma création, à mon œuvre… Danseur, peintre, musicien, écrivain… tout artiste assiste, ému, à l’émergence de sa créature, à la « n’essence » de son œuvre. »
.. « Donner naissance en conscience : vivre toutes les émotions de la création, s’y abandonner avec passion et voir naître avec amour ce qui est et restera un autre. La conscience qu’il ne m’appartient pas, pas plus que je ne lui appartiens. Un devient deux ; deux est un.
Donner naissance en conscience, c’est se traverser avec amour, faire émerger de son être sa plus belle création, la regarder vivre et la laisser partir… »


18/ Sève de vie

« Telle une chrysalide je me prépare
Pour toi papillon de mon cœur
Mon inconnu, mon œuvre d’art
Tu viendras quand sonnera ton heure.

Quelle promesse te faire ?
Je sais juste que je serai ta mère.
Parfois le doute, l’incertitude m’emplit
Serai-je à la hauteur de ta vie ?

Là tes mouvements, tes caresses
Me sortent de ma détresse
Oui toi tu sais déjà que l’on vivra une belle aventure
Un amour inconditionnel de bel augure. »


19/ Stéphanie Prat
Toi, moi... et elle !


« Aventure passionnante de réincarnation en pleine conscience. Je rêve d’elle, de cet être disparu si cher dans mon cœur et qui a une place si importante dans ma vie même bien au-delà de sa mort. Elle susurre mon prénom. Minuit, je me réveille en sursaut : un dernier adieu à cet être si cher et si aimant. Elle m’avertit que le grand jour tant attendu est arrivé. Elle est là à mes côtés, bien présente. Elle me manque tant. Je connais et reconnais son sacrifice. Une vie contre une vie. Existe-t-il plus belle preuve d’amour ? Elle a accepté de mourir pour que je puisse enfanter. Je sombre à nouveau dans un sommeil lumineux, cotonneux et tranquille. Ce halo dans des tons pastels est doux, chaud, enveloppant telle une légère brise d’été. Je sais. J’écoute et j’entends ses messages. L’eau coule... délicatement entre mes cuisses. Je te sens en mouvement et je tressaille. Le grand jour est arrivé. Je suis prête ; elle aussi… faisant place à toi. Ensemble, toutes les trois, nous retraçons et redessinons l’immense découverte du passage fait de régressions et d’évolutions. Je suis prête à t’accueillir petite perle de lumière… »
« Osmose, fusion, confusion... Itinéraire de vies. Bienvenue parmi nous ! Nos âmes rayonnent, diffusent, irradient. Graine de vie : bonheur total et émouvant. Les larmes coulent : les siennes, les tiennes, les miennes, les nôtres. Moment extraordinaire. Joie immense aérienne féerique. Dans les airs, en apesanteur, je rêve... Vos yeux plongés dans les miens, magie extrême d’âme à âme. »

20/ Valérie B.
Naissance, vie et mort.

« Qui a la connaissance véritable de ce qu’est une naissance ?
Nous attribuons à ce mot un instant de vie selon la perception de nos croyances ou expériences passées.
Mais qu’est-ce donc qu’une naissance, ou une mort, si ce n’est qu’un mouvement permanent de vie d’un état d’être à un autre ?
Pourquoi nous évertuer à vouloir vivre une vie d’une certaine manière, pour vivre différemment une naissance ou un décès ?
N’est-il pas aussi important d’honorer une naissance, qu’une vie ou une mort ?
Y a-t-il un moment qui soit plus ou moins important qu’un autre ?
Sommes-nous capables de dire avec précision à quel moment un enfant va naître ?
Sommes-nous capables de dire à quel moment précis un autre être va mourir ?
Non, le moment précis arrivera quand ce sera le moment juste, et il en va de même pour chaque instant.
Parce que notre âme est venue pour expérimenter certaines choses de la vie.
Et même si nous savons que ces instants sont inéluctables, nous ne pouvons les maîtriser par notre volonté d’être humain. »

 

 

GALERIE

   
 

 

PORTRAIT DE FEMME

Susana Olalla
Bonjour à tous ceux qui savent véritablement regarder, lire et ressentir.
Un rêve peut se manifester à travers une sensation qui se révèle en soi à tout moment de la vie. Or, on ne peut totalement l’accueillir que si l’on est vraiment présent à soi-même.
Mon rêve, ma vision, ont été et continuent à être la clairvoyance et la faculté que j’ai d’accompagner et de soutenir les femmes dans les différentes étapes de la maternité, et les hommes dans leur passage vers la paternité.
J’ai beaucoup cheminé depuis plus de 30 ans. Une forme de sagesse, que j’ai parfois réussi à interpréter, s’est révélée à moi, et j’ai reçu de nombreuses leçons de vie. Notamment que ressentir était une émotion qui venait d’une sensation. Et je m’en suis surtout rendu compte lorsque j’ai réalisé que je n’avais pas du tout été comprise durant l’accouchement de mon premier enfant. En effet, personne à cette époque ne m’a expliqué qu’il s’agissait d’un acte physiologique, psychologique et corporel. Et que les sensations jaillissant de mon corps étaient là pour me guider et m’aider durant le processus de naissance de ce petit être innocent et pourtant conscient de mon ressenti puisque je l’avais porté en moi. Comme mes émotions et mes sensations l’avaient accompagné durant toute sa vie intra-utérine, il pouvait parfaitement ressentir qui nous étions tous les deux et ainsi m’aider dans le déroulement de sa mise au monde.
Maintenant, avec le recul, le temps de la réflexion, de l’approfondissement et de l’acceptation, j’en suis arrivée à cette sage sensation que je suis créatrice de ma vie, de mes émotions, de mes sensations et de mes pensées, et que toutes ces choses créent ma réalité, de façon positive ou pas. Ainsi, le rêve que j’ai eu il y a déjà pas mal de temps continue à se développer en moi et à me rappeler cette partie de moi qui est là pour comprendre et apprendre.
Ressentir qui je suis et comment je me sens est un merveilleux apprentissage pour aider les femmes à aller dans les sensations qui émergent d’elles.
Ainsi mon rêve et ma vision résident-ils dans ma capacité à comprendre, à accepter et à trouver la fusion de l’être et du faire. Je peux me redécouvrir à tout moment en étant consciente que je suis cocréatrice de mon propre développement.
Merci pour ta présence en lisant cet article car je continue à être ton miroir en cet instant.
 

 

 
 

© Rêve de Femmes 2009 - mentions légales