Rêve de femmes
Vous êtes ici : Accueil > Revues > No 26 - Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G... - Parlons d'amour et de sexualité aux ados PDF
 
 
 
N°45 - S'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend
N°45 - S'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend PDF
N°44 - Cultiver la joie
N°44 - Cultiver la joie PDF
N°43 - Rites des Premières Lunes
N°43 - Rites des Premières Lunes PDF
N°42 - Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ?
N°42 - Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ? PDF
N°41 - L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ?
N°41 - L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ? PDF
N°40 - L'appel de la Femme Sauvage
N°40 - L'appel de la Femme Sauvage PDF
N°39 - Se séparer sans se déchirer
N°39 - Se séparer sans se déchirer PDF
N°6 - Agenda lunaire 2016 - N°6 - PDF
N°38 - Une femme avec une femme
N°38 - Une femme avec une femme PDF
N°37 - Amour, tendresse, fluidité
N°37 - Amour, tendresse, fluidité PDF
N°36 - La fonction de l'orgasme
N°36 - La fonction de l'orgasme PDF
N°5 - Agenda lunaire 2015 - N°5
N°35 - Oser rêver grand et vivre ses Rêves pdf
N°34 - Sorcières, soeurcières, sourcières d'aujourd'hui PDF
N°33 - La Gynéco autrement PDF
N°32 - Les blessures sexuelles PDF
N°31 - Vivre en harmonie avec son cycle lunaire PDF
N°30 - Le Polyamour PDF
N°29 - Rites de purification PDF
  - Agenda lunaire 2013 - N°3
N°28 - La fidélité : à qui, à quoi ? PDF
N°27 - Tentes rouges, Cercles de Femmes PDF
N°26 - Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G... - Parlons d'amour et de sexualité aux ados PDF
N°25 - L'argent, une valeur féminine - Décoder le calendrier Maya PDF
N°2 - Agenda lunaire 2012 - N°2
N°24 - Mystère et Puissance de la Matrice - Lorsque les Mères saturent PDF
N°23 - Femmes lunaires, femmes solaires - Secrets de beauté au naturel PDF
N°22 - L'Homme honore le Féminin - Histoires de Seins PDF
N°21 - Les Archétypes - Accouchement Orgasmique PDF
N°1 - Agenda Lunaire 2011
N°20 - Saisons de vie - L'enfant... école alternative PDF
N°20 - Saisons de vie - L'enfant... école alternative
N°19 - Réinventons le couple - Perceptions subtiles PDF
N°18 - Ménopause épanouie - Tao des émotions PDF
N°17 - Contraception naturelle - Rivalité... Sororité PDF
N°17 - Contraception naturelle - Rivalité... Sororité
N°16 - L'IVG - L'Apparence reflète l'Intérieur PDF
N°15 - Le Sang des Lunes - Pretresses d'aujourd'hui PDF
N°14 - Contes Initiatiques - Sexualité Yin PDF
N°14 - Contes Initiatiques - Sexualité Yin
N°13 - Femmes en réalisation - Prière... action PDF
N°12 - Gratitude - Danse, Grand-Mère
N°11 - Du corps à l'esprit - Femmes de Pouvoir PDF
N°10 - Femme créative - Porter la Vie
N°9 - Semences pr l'à-venir / Mère Terre
N°8 - L'Esprit des Plantes - S'ouvrir à la Mort
N°7 - Le Don d'Amour - Sexualité Sacrée PDF
N°6 - Gai-rire de soi - Apprentie de la Vie PDF
N°5 - La Voix du Silence - Notre lieu de Pouvoir PDF
N°4 - Appel des Femmes... conscience planétaire PDF
N°3 - Responsabilité/Liberté - ...les Ados PDF
N°2 - Sororité/Coopération-Ménopause... Sagesse PDF
N°1 - Cycles du corps-Cycle Lunaire Féminin PDF
 
 
 
Affichage mosaïque
 
 

Si vous souhaitez créer un lien vers notre site, insérez notre bannière en copiant le code suivant :

<a href="http://www.revedefemmes.net" target="_blank"><img src="http://www.revedefemmes.net/banniere.jpg" alt="Rêve de Femmes" border="0" /></a>

 

Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G... - Parlons d'amour et de sexualité aux ados PDF - N°26

> Extrait | > Galerie | > Portrait

SOMMAIRE

3 édito - Karine NIVON
4 Parole de terrienne - Lydia PIZZOGLIO
L'Université du Nous - L'Univers cité-du-Nous !
5 nouvelles du Ciel - Michèle RAULIN
6 éNERGIE ET RITUELS DE SAISON
Réveiller notre vitalité - Delphine LHUILLIER

7 DOSSIER : Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G... autant de portes vers le Divin
8 Exploration intime : le voyage d'une Grand-Mère vers la Tortue - Marion DELFORGE
9 « T'es plutôt clitoridienne ou vaginale ? - Géraldine
10 Effleurer le divin - Gérard LELEU
11 Porte à franchir ou instant à accueillir ? - Marie
12 Clitoris, porte céleste ou clé perdue ? - Legend Keeper Géraldine
14 Clitoris mon amour - Pierre-André BLANC
15 Demain les fleurs - Mayliss Testamarck

16 PARTAGE : Parlns d'Amour et de Sexualité aux Ados
17 Des secrets sur le sexe - Saïda DéSILETS
18 « Le chemin de la Faille de l'Ange de Lumière » - Maud SéJOURNANT
19 Sexe, Drogue et Rock and Roll - Sol SEBASTIAN
20 Le goût de la mangue - Karine NIVON
22 Lettres ouvertes - Marie
23 Ados, Amour et Sexe - Gérard LELEU
24 Sexualité, Féminité et Masculinité chez l'Adolescent - Sylvie Bérubé
26 Graines de sésame nous semons... - Brigitte GAIDON

27 Thérapies gourmandes - Serge DE THAEY & Julie BALCAZAR
28 Bénédiction de l'utérus - Aya
29 Les possibles à partager
34 Abonnement
35 Le rêve d’une femme - Legend Keeper Géraldine
36 Portrait d’Artiste - Tamara adams

 
 

 

EXTRAIT

Le goût de la mangue

Invitation au Voyage, aux apprentissages des rythmes sacrés de l’éveil des corps.
Rencontre avec le mystère sexuel, inconnu qui se dévoile sans pudeur lorsqu’on lui accorde respect, amour et curiosité.

Si nous nous trouvions dans une tribu au fin fond de l'Amazonie, tout proche de la nature, j'aimerais organiser pour toi une célébration de ton passage de l'enfance à l'adolescence, pour honorer l'éveil de ta sexualité… Je trouverais un lieu très beau, doux, accueillant, au bord d'une cascade, pour cette première rencontre particulière entre une fille et un garçon, puis je m'effacerais sur la pointe des pieds, avec beaucoup de respect, vous laissant vivre la magie du moment.

Vous auriez l’espace pour vous découvrir, toi et celui ou celle qui vivrait cette célébration en même temps que toi, pour jouer à vous respirer, vous toucher, rire, vous parler, rouler dans la mousse humide, échanger de la tendresse, sentir le plaisir monter... et renouveler ces rencontres encore et encore, encore et encore… J’appelle cela l’innocence érotique ; elle est faite de jeux, de joie, d’amour, de sensualité et d’humour. Et puis, un jour, une nuit, tu serais mûr-e, prêt-e à savourer et à être dégusté-e entièrement.

Nous sommes en Europe, bien loin de l’Amazonie, dans ce monde où l'information circule très vite, où tu as accès à tellement de données… le concret, les positions, les performances sont souvent mis en avant ! C'est comme si on décortiquait un grelot pour voir comment il sonne... Ça ne te donnera jamais une idée du son, ni de comment tu réagis à ce son...

A vrai dire, je n'ai pas vu beaucoup de livres, ou de sites qui te parlent d'amour, de liberté, de respect, de sexualité comme un moyen merveilleux de communiquer avec celui ou celle qui est en résonance avec toi…

Où que tu sois sur cette planète, ton expérience a bien plus de valeur que tout ce que tu pourras lire ou voir. Donne-toi les moyens de t'offrir des moments merveilleux.

Prends ton temps…
Explore ! Joue ! Amuse-toi, éveille ta sensualité, et surtout, détends-toi ! Crée des rendez-vous amoureux et sensuels avec ton corps avant de découvrir celui d’un autre.
Ton corps t’appartient.
Plus tu te respectes et dis sincèrement ce qui te convient ou pas, plus tu t’offres la possibilité de vivre de belles rencontres, d’être respecté-e,
honoré-e par ton/ta partenaire, et d'aller vers beaucoup de plaisir.

Découvre !
Je ne peux ni ne veux t'expliquer le goût de la mangue si tu n'en as jamais mangé, le parfum d'une rose si tu habites sur une planète où il n'y a pas de fleur. Je ne peux te parler des couleurs si tu ne les as jamais vues, ni du chant du merle si tu ne l'as jamais entendu. Mes mots seraient fades, inintéressants, du blabla… je te volerais une partie essentielle de ton expérience de vie : la découverte !
Il en est de même pour l’amour, pour la sexualité.
Les moments où tous tes sens s’ouvrent sont si précieux !

La sexualité n'est pas un fruit défendu.
C'est un fruit exquis qui, comme tout fruit, développe toute sa saveur lorsqu'il est mûr pour être cueilli et dégusté. Et même s’il vient du même arbre, son goût n’est jamais identique. C’est une nouvelle aventure à chaque rencontre/dégustation.

Laisse-toi guider par ton cœur.
Il se peut que tu te sentes attiré-e et aies envie
de rencontres intimes avec quelqu’un du même
sexe que toi.
Tu n’es pas la/le seul-e à qui cela arrive. L’amour est avant tout une rencontre entre deux êtres.


... la suite dans de cet article dans la revue n°26...

Karine Nivon
www.lameagit.com

****


ci-dessous, VOS ECRITS qui ne sont pas parus dans la revue, faute de place
****
Articles pour la revue « Rêves de femmes »

Le 23 décembre 2011

« Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G… autant de portes vers le divin »


Le clitoris, comme les marches que je monte, cheveux au vent et à la lumière, doucement, revêtue d’un fin tissu qui me caresse…nos mains entrelacées, dans cette lenteur qui fait maturer l’éveil du désir en soi, Monter et laisser nos fardeaux, avec pour légèreté la co-création intime d’un espace où s’aimer, soi, l’autre…Chaque pas sur chaque marche, effleurements, touchers plus appuyés... une danse entre ancrage et volubilité…Je vois le temple, là-haut, dans sa majesté indicible, il semble vouloir nous accueillir, comme s’il nous attendait… mais prendre son temps, le chemin se fait dans l’éternité du présent… que monte la sève en nous autant que nous montons…la chaleur monte aussi… Le seuil : moment fascinant, mélange de peur et de joie à entrer dans un flot d’émotion partagée. Le vagin, c’est le temple, canal mystérieux du passage à l’incarnation, livre sacré où s’écrivent les proses de nos secrets…Ce temple est-il ouvert à tout venant, touristes, curieux ?… ou bien ne nous reçoit-il, que toi - celui que je reconnaîtrais, même aveugle sans que tu me parles, de ton odeur, ta densité, tes vibrations, cette âme tienne qui sait qui je suis- et moi ? On imagine l’intérieur du temple, ses statues, ses dorures, ses joyaux mirifiques. Moi je les connais, ils sont en moi, mais c’est par cette caresse parfois insoutenable de plaisir ardent que tu m’offres, cette quintessence de joie qui m’apporte jusqu’aux larmes de tendresse infinie, celle que je te donne par mon ouverture sans faille à ce que tu es, que j’en goûte les couleurs, les contours… nous sommes chacun à l’autre la lumière dans cette obscurité. Nous entrons, parfois à pas feutrés, parfois dans une chorégraphie endiablée, mais toujours ensemble…et toujours cette surprise qui va au-delà de la joie imaginée : l’or est plus brillant encore, les joyaux plus colorés que même en nos rêves…coins et recoins à découvrir ou redécouvrir dans un émerveillement sans cesse renouvelé ! C’est grandiose, plus rien ne parle d’autre que ce que nous sommes, sentons, ressentons, vibrons…nos corps qui ondulent font tanguer le temple, soubresauts, vagues, tempêtes, tremblements de terre…puis tout redevient calme, il ne reste après l’ouragan que l’écume chaude, et notre essence ultime, table rase de l’inutile…retour du silence…nous nous sommes dits…
A la fois séparés dans nos sensibles propres et unifiés par cet amour que nous nous portons comme une offrande, de soi-même à soi, de soi-même à l’autre, de moi à l’univers, de toi à l’univers, de nous à l’univers…
Enveloppés de cette chaleur, nous nous endormons, les yeux fermés mais le cœur éveillé…pétris du bonheur d’être… le rêve se prolonge, un rêve incarné, à portée de corps et d’âme…le temple est toujours là, dans un possible accueil…
Le clitoris, les points A, B, C, D, E, F, G… tout l’alphabet des possibles est en notre âme, pour peu que nous reconnaissions le Divin que nous sommes, toi l’homme, moi la femme…


Carole BLANCHARD. Lyon.


***
Hors la matière

nuage enveloppant

deux petits ciels sur deux petits champs.


Délice de l'effleurement
de ta peau et de ma chair

de nos secrets.


Ondes vibrant

sur les chemins de nos voluptés.


Mystère du fil

de nos poésies intimes.


Elan soyeux

berçant le désir.


Flot divin de gourmandises

charmant le palais des sens.


Note cristalline

fresque sur la muraille du plaisir.


Evanescence des frontières

du siège de notre essence.


Retrouvailles de nos irréels

et bruyants silences

dans le jardin planétaire.

Hélène Cociovitch
helene-cociovitch.com
info@helene-cociovitch.com


****
Tes mains se déplacent sur mon corps en tissant une dentelle toute en finesse.

Souche limée jusqu’à la pupille pour être au plus près de ta chair de daim qui tricote les brins de mon herbe juteuse avec les fleurs de ma féminité.

Suspension sur une maille essentielle nécessitant une ondulation de l’aiguille pour la glisser sous le fil de soi.

Le doigt se faufile sous le faux fil, dégouline sur la pente soyeuse et se love dans un creux, détente…

Ta main comme une feuille prête à cueillir la rosée, se renverse langoureusement, enveloppe mon sein gorgé de l’eau précieuse de ma volupté et trace une langue de peau jusqu’au palais de la création.

Lieu où ton amour enfante ma déesse, fille du vent et de la mer, muse de ton imaginaire ocre et nuage.

Rayons de ton soleil ardent qui purifient le berceau de mon intuition, ambre de ma force, source de mes parcours.



Hélène Cociovitch
helene-cociovitch.com
info@helene-cociovitch.com

****

Tel une colombe tu t'es posé sur mon cœur.

Ton front sur mon front.

Tes douces ailes ont effleuré mes seins.

Tes plumes ont caressé ma peau.

Ton bec a murmuré à mon sexe les graines de ton désir.

Ta présence me fait traverser des mondes de la blancheur et la tendresse de ton habit de voyage.

Nulle envie, nul besoin d'un lion rugissant.

Ta finesse messagère de paix, berce profondément mon âme.



Hélène Cociovitch
helene-cociovitch.com
info@helene-cociovitch.com

****

Cyprée nacré aux éclats arc-en-ciel,
tanière de ma petite harpe
génitrice de notes aux couleurs variées
qui n’offre ses résonances qu’aux frémissements attentionnés.


Refuge opaline
marbré de mes ondes sensuelles
inscrites par ma féminité indélébile.


Les visites diurnes et nocturnes
embaument de lassitude ses parois humides
que le désir intempestif ne peut assécher.


Les multiples plaisirs escaladent ses contours
et s’évanouissent dans sa couche
bercée par les silences.


Sensible et précieux,
sa musique chatoyante ne peut être révélée
que par une présence caressante et attentionnée.



Hélène Cociovitch
helene-cociovitch.com
info@helene-cociovitch.com

****
L’instant présent

abandonne-toi

entre dans la vie

rapproche-toi

caresse-la

ressens

hume-la

enivre-toi

crée

admire

murmure

écoute

frissonne

soupire

goûte

savoure

ondule

glisse

jouis

De la vie en pleine conscience



Verge dompteuse et musicienne
t’approcheras-tu ?
A ta volupté appartient cet écrin ;
Car toi seul
sublimes ma partition intime,
ennoblies mon essence de femme
et m’inities à l’amour souverain.


Chacune de tes pénétrations est une révélation
que seul mon chant irisé
peut savourer l’offrande.


Hélène Cociovitch
helene-cociovitch.com
info@helene-cociovitch.com

****
Parlons-en.

L'adolescence est une période chrysalide de fragilité, de force, de beauté. La sexualité s'éveille, celui, celle qui était enfant soudain se met à vibrer à des octaves nouvelles, se transforme, mute, pour aborder la planète « ado »et entendre de manière impérieuse l'appel de son cœur, de son corps, de son sexe vers sa vie. Chaos , bouleversement, raz de marée...
Pour guider, apprivoiser, canaliser ces nouvelles pulsions, la parole adulte, de ceux qui ont déjà franchi le gué, est essentielle.

Qui parle ? Les parents? Exercice de haute voltige, où s’emmêler les pieds et le verbe est aisé: les peurs des adultes peuvent emmener des discours où se mêlent projections, confusions...et être ressentis comme une véritable intrusion par l'ado, là où bienveillance, patience, discrétion devraient être de mise.

Joindre la parole au sexe suppose d'avoir fait de la lumière dans ses zones, d'avoir su embrasser ses propres pulsions d'ados, de les canaliser et de les vivre dans l'équilibre et l'amour, d'avoir vécu ses propres désirs, ses propres rêves. Sinon, inévitablement, remontent les frustration, et le discours se biaise, sans que l'ado en soit dupe un instant, emprunt de morale, d'interdits, là où devrait s'épouser sécurité et liberté.

Qui parle ? Les éducateurs, les cadres officiels ? Les brochures du ministère de la santé ? Les interros sur la reproduction humaine du cours de biologie ?

Et de manière plus informelle, les films pornos, la publicité, les radios « jeunes », les médias, la culture ambiante ?

Le jeune parle avec ses copains, ses copines, compagnons de mutation,« Et pour toi, c'est comment ?

Le sexe est partout dans notre société, et pourtant en parler directement, simplement est parfois difficile: parce qu'il y le sexe, sa mécanique pure, et l’énergie qui le meut. Parce qu'il y a l'amour, la sensualité les sentiments, et que parfois sexe et amour sont amalgamés, que sensualité rime avec grossièreté, et que la confusion règne.

Il y a quelques années j'étais pionne dans un lycée. Mois de juin effervescent, je peine à maintenir la concentration des élèves de 2nd sur leurs devoirs, en cette fin de journée presque estivale. La sexualité est à fleur de peau, à fleur de bouche, à fleur de mot . Et soudain un jeune me lance : « Hé Pauline, tu sais ce que c'est un 69 ? » Je me suis trouvée désarçonnée : mon statut de pionne ne m'autorisait pas à répondre dans le cadre de la perm que je surveillais, tandis que toute l'absurdité du système éducatif me sautait aux yeux. Comment, où parler de sexualité avec les jeunes, sans tomber dans l'analyse scientifique d'un coté ou le « trop vite dit »comme avec le vocabulaire graveleux , qui finalement cache, à force d'exhiber ?

Parler aux ados : que ce que je dis leur parle, qu'il y ai un écho dans ma parole à leur questions.
La musique, les médias, peuvent devenir une catalyseur où se fixe les compréhension de l'ado. Pour ma part j'ai beaucoup appris de la chanteuse Kate Bush à structurer l'arbre naissant de ma sexualité. La chanson et le clip « The Sensuel World » ont été des détonateurs : cette chanson, ces images, cette voix parlaient profondément à ce que je pressentais de moi, et d'une manière de vivre la sexualité qui m'a énormément guidé . Les réponses que je ne trouvais pas chez mes proches m'étaient transmises par un autre biais, meme si plus tard il m'a fallu faire le lien entre les différentes facettes de mon monde, le sensuel et l'intellectuel, passant par le cœur...

Parler sexe, parler vrai, que tu marches ta parole. Parler de sexe implique une honnêté, une intégrité sans faille . Alors, tout devient possible. J'ai lu un livre magnifique, qui s'appelle fort à propos « La Voie Humide », de Coralie Trinh Thi, ancienne actrice de porno. Là où l'expérience vécue dans le corps surpasse tout les manuels théoriques, où le Tantrique se retrouve dans le temps trique, dans sa réalité crue et nue. Et où enfin des mots pouvaient être posés sur ma sexualité d'ado, vécue dans l'ombre, l’incompréhension, la honte. Enfin, appeler un chat un chat, une chatte...nommer.

Des notions comme le respect de soi et de l'autre par le dialogue , l'apprentissage de son propre corps par le sport, la danse, l'apprivoisement de ses différents états émotionnels par le théâtre, la découverte du monde de la sensualité par des balades dans la nature ou l'initiation à des techniques de massage, l'expression de soi par les arts et l'écriture, me semblent être primordiaux pour se rencontrer et se découvrir soi-même, surtout à cet age charnière. Matières encore périphériques aux programmes de l’Éducation Nationale, mais qui gagnent du terrain, d'années en années.

Poser des mots, dire et faire, vivre, ouvrir les possibles et les incarner. Oser. Oser se sous le regard neuf de l'ado, savoir être humble, et par dessus tout, avec pudeur, l'écouter.


Pauline Beau pbeau77@yahoo.fr

****
Moi et l’arbre
Georgia Cardoso
georgiacardoso@hotmail.com

Toute la beauté d’être humain commence à se dévoiler en face de moi. Accepter d’être fleur, d'être une femme. Tomber amoureuse du corps, sans tête aucune. Juste l’appel d'amour, de gratitude. Et la passion qui nait pure, nue, brutale, sans aucune règle. Sans limite, ni raison. Les gouttes de conscience qui ont éclairé et inspiré les intentions furent brèves et rares, mais les bases d'une structure qui a été renforcée par le feu et par le sexe. L’intention flamboyante : je t’aime, je veux être un avec toi.


Je me suis donnée entière à une pureté. La première, je l’espère. Avec toute la puissance du sexe, du feu, de la vitalité d’être humain. Les flammes qui se sont entrelacées aux feuilles sèches d’automne et le tronc séculaire, plein d’histoires et d’étreintes à se remémorer. Dans l’orgasme, je me suis envolée très haut, j’ai tenu tes branches, je ne pouvais plus vivre sans toi. Je t’ai raconté que ce ne serai pas pour toujours, même si les jours singuliers passés ensemble sont des jours heureux, mon temps s’évanouit tout comme tes feuilles qui ne cessent de tomber. Dis toi que je suis une de plus qui tombe et qui fertilise ta terre. En moi, tu es la présence qui secoue mes feuilles et me mets sur ton axe. Je t’aime.

Il est bon d’être ainsi sans limites. Toute libre. Passionnée. J’attends le jour où la pluie, la mer, les pierres, le vent et moi pourront nous embrasser. Et le Soleil. Oh, le Soleil. Je veux faire l’amour avec toi, Oh Soleil radieux. Je me donne entière pour être un avec toi dans cette chanson. Fais-moi décoller vers toi, fais-moi renaître dans ton feu. Laisse-moi inspirer tes soupirs, sentir tes sens, reposer dans ton cœur. Faire de toi mon adresse, être femme-soleil, entièrement soleil, ta compagne, ton aimée.

Regarder les nuages passer, l’hiver arriver, et être tous les jours soleil. Comme toi, inépuisable. Pour toujours, ton épouse, ta femme et partir avec toi ; Être avec toi. Être soleil en fleur.
+ www.georgiacardoso.com

****
A toi,
Je n'ai qu'une seule histoire à te raconter, celle de l’Amour ou la sexualité tout ça quoi... Alors, tu te demandes si la pulsion commune des histoires d'amour se raconte ? Comment ça se raconte ? Chacun s'arrange à vrai dire avec sa petite affaire privée, son petit secret, sa romance. Tout le monde connaît ça, y compris des inconnus dans la rue, à la terrasse d'un café. Il y a parfois comme ça de brefs moments de vie, des intervalles d'intimité qui surgissent avec l'envie de raconter. Juste pour le plaisir.
Deux corps l'un contre l'autre se rencontrent, ils se regardent, s'apprécient. Les corps et les visages dansent et chaque pas révèle une nouvelle sensation. Le regard mène une bataille intense jusqu'au premier Baiser. Une main qui t'invite, et premières caresses. Un seul vainqueur dans cet affrontement : le Désir. Hors du temps et de l'espace, seuls portés par une musique envoûtante, les corps se frôlent, brûlant de cette étreinte. Que ce moment ne s'arrête jamais ! Mais bon, qui n'a pas rêvé d'un champ de pétales de rose avec un amoureux qui susurre notre prénom ? Moi aussi, j'en rêvais et puis, voilà, ça ne s'est pas totalement passé comme ça. Non, tout n'a pas été fait de cotillons et de musiques langoureuses, ce n'était que le début d'une longue croisade.
Parce que, quand le moment arrive, sous le coup de l'émotion, le cœur s'emballe, certains vont transpirer, d'autres vont se passer 1001 fois la langue sur les lèvres. Mais qu'est ce qui se passe ? Comme des adolescents, ça chatouille dans le dedans… et les yeux grands ouverts devant une Nicole Kidman et un Tom Cruise entièrement dédiés à la luxure dans le film « Eyes Wide Shut », la libido ne sait plus du tout se contrôler. Allez, c’est fini, on est plus à la maternelle ici. Il est temps de passer à la vitesse supérieure ! Je prends le taureau par les cornes et tendrement (du moins j’essayais de m’auto-persuader que je l’étais), sensuêêêêêlle (mais je ne suis pas sûre que mon bassin remuait vraiment de manière aussi sexy que je ne le pensais), je voulais que mon sujet soit à point. Rien ne sert de courir. Alors, entre baisers passionnés, mots doux, caresses, le désir est comme une sauce qui prend au fur et à mesure que l'on mélange. Mon premier objectif était à ce moment là de penser pratique : plus l'envie atteindrait des sommets, plus l’exercice me plairait s'il était bien fait. Les mains et les lèvres se promenaient sur le corps de mon jules. Avant même que le visage n’atteigne la zone de turbulence, je pris le plaisir de jouer : j’y vais, j’y vais pas… Ce genre de petit jeu l’amènera sans doute à me faire connaître son approbation. Les mains sont aussi des outils de plaisir précieux qui contournent la virilité jusqu’à la saisir avec précaution. Des gestes, je ne dirai mot, et la langue entamera les discours les plus langoureux. Je me rappelle qu'il faut jouer la carte de la sensibilité, oui car ce corps qui est devant moi n'est pas un vulgaire morceau de viande. Alors pour pimenter la rencontre de l’abeille dans le coquelicot, tu auras compris ce que j’évoque à travers cette poésie florale, j’utilise de l’huile de massage sensuellement appliquée qui peut faire office de préliminaires gourmands. Encore faut-il savoir quelles zones érogènes aller titiller pour que l’effet recherché soit atteint. Pas question de tomber dans les bras de Morphée après de telles caresses !
Une stimulation ajustée à la demande permet aussi de décupler les sensations les plus inouïes. Son ventre, ses mains ou toute autre partie de son anatomie peuvent être mises à contribution. Puis, comme une gourde, arrive le moment où la seule chose à laquelle je pense c’est : « Mais, y’a de la place là dedans ? ».
Mais bon, je continue cette balade en montagnes russes, je garde le rythme pour pas que la pression redescende. Mais je n’en fais pas non plus un concours de vitesse, je n’imite pas le métronome. Je varie le rythme car à force de vouloir maintenir la cadence, un claquage de la mâchoire pourrait se produire (oui oui ça s’est déjà vu). Et dès que la phase d’extase se fait sentir, pourquoi ne pas passer le relais à nos mains douces. Reste à vous de connaître votre sujet car certains de ces messieurs ne sont pas fans des interventions manuelles pendant cette pratique !
Et puis, pour ces mâles qui n’aiment pas rester les bras ballants, si le contexte s’y prête, essayez une pratique en duo.
La sensation est du même ordre, mais plus intense : au menu, plaisir brûlant, vive excitation, chaleur frissonnante ! Cette quête du nirvana vous mènera jusqu’au bouton sacré que l‘on appelle aussi le point G, prenez votre temps et laissez vous aller au plaisir.
Autant le dire, la sexualité se vit et se ressent plus en prenant contact avec le corps de l’autre, en le découvrant et en participant au jeu du frottement. Je vais vous faire sourire mais le sexe n’est pas l’aspect mécanique du frottement d’un piston dans une chambre noire. Beaucoup de couples vivent des relations sexuelles ennuyantes car ils sont aigris, frustrés. Savoir s’ouvrir, se livrer totalement à l’autre, écouter avant que le mélomane ne pense à se faire un solo de mandoline.
En conclusion, je ferai référence à Goethe qui a dit « le talent se développe en intimité », et c’est tout à fait vrai. Avoir certains secrets qu’on garde pour soi et qu’on ne laisse voir à tout le monde que pendant un moment, quand on joue. Hum hum !
Allez, je te laisse, et à ton tour de faire vibrer la virgule, et de déclencher le petit détonateur, pour ensuite parler du loquet du cabinet d’amour, avec malice au détour d’une conversation, ou en toute volupté, lors d’instants intimes, dont tu te délecteras seule ou accompagnée.
 Odélice
lafleurette70@voila.fr


****

« Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G… autant de portes vers le Divin »

Commençons par le point G : qui a vraiment envie de savoir où il se trouve ?
L’homme ou la femme ? Parfois les deux. Parfois aucun des deux, car ils entrent ensemble par la porte étroite de l’Energie magique. Ils ne cherchent plus simplement le bon bouton sur lequel appuyer pour pouvoir décoller.
En lisant ce titre, je me suis imaginée notre homme architecte et ingénieur muni de son compas et de sa règle bien droite prêt à tracer une carte reliant tous ces points. De tous temps, l’homme part à la conquête du monde, muni de sa boussole, il mesure, cartographie les montagnes, la hauteur des arbres ou la distance qui le sépare de la lune. Il établit des tracés auxquels d’autres se fieront ; car il est bien connu que pour suivre un itinéraire, l’homme (et pas la femme) tient toujours le haut de la carte pointé vers le nord et il n’a ainsi jamais besoin de demander son chemin.
C’est ainsi que conquérant, parfois juste con- errant, il s’aventure dans le pays de la femme. Les méandres corporels de cette dernière font tournoyer l’axe de sa boussole dans toutes les directions, mais il continue de la tenir. Téméraire, il rencontre ce corps féminin en soulignant ses courbes de son regard, puis de ses mains et si il est vraiment audacieux, de ses lèvres, ajoutant au sens du regard la puissance du toucher labial, l’arôme évocateur de plaisir. Puis il plante son drapeau ! Alors il sort ses instruments de mesure, vérifiant les pourtours 90-70-90 et note le tout dans un carnet secret. La femme, il la sculpte, la modèle, la passe au scanner et au scalpel de la chirurgie esthétique. Dessinant des cartes, il élabore un nouvel atlas de l’anatomie féminine.
Mais l’homme, spéléologue, neurologue et sexologue s’insurge, signifie que cet atlas est incomplet car il manque les cartes de l’intérieur de la femme, plus spécialement celle du point de son plaisir le plus intense, celle reliée à la zone cérébrale correspondante. L’homme voit souvent la femme comme un deuxième lui-même. Il s’imagine que dans sa sexualité, elle est en recherche du plaisir physique pur, focalisé sur une zone érogène, dont il doit trouver la localisation. Non, pour y mettre le voile dans l’intimité, quoique… mais pour le maîtriser et sentir sa puissance à être capable de faire jouir une femme. Alors le voilà reparti avec ses instruments de mesure décortiquant les épaisseurs et textures de peau, contournant les abysses, et le regard de la femme qu’il examine. Et voilà que le rôle de ces portes secrètes changent peu à peu de signification dans les représentations tant des hommes que des femmes. Devenant zones anatomico-neurologo-sexo-masculinisées !
Certains guerriers de l’Amour touchent en eux la Vérité pure que la Femme est une porte à l’Univers. Ceux-là, mettent genou à terre devant elle, se laissant guider par la Femme Initiatrice. Car la Femme Initiée s’inspire de la qualité de la Présence. Elle est près de ses sens pour aller à l’Essentiel, à l’Essence du Ciel. Incarnant Nout, déesse Egyptienne, elle traverse la membrane de la vie pour embrasser le firmament. Nue, elle aspire l’Energie par tous les pores de son corps, s’ouvre au goût subtil de la Vie, aux couleurs chatoyantes de l’Arc bandé, à la texture du secret gardé dans son sein. Elle voyage sur la vague du plaisir rythmée qui entre par sa yoni et, qui par son Cœur ouvert nourrit sa vie et le flux de la Vie. Dans les vibrations de cette longueur d’onde, elle n’est plus l’étoile qui brille, mais toutes les étoiles et même au-delà. Elle comprend, sent, goûte et respire le Tout jusqu’à l’Union Sacrée. Elle est.
Femme, homme aventureux, continue ta découverte des portes qui s’ouvrent avec l’Energie de la Présence et de l’Amour vers l’Infinitude, chez toi, vers toi et en toi.

Texte écrit par Yasmina Konow, Suisse, le 2 janvier 2012
ykonow@bluewin.ch



****

clldarita@yahoo.fr
Cécile LANG

www.etrehumain.biz


Homme et Femme d’Aujourd’hui



Être une Femme aujourd’hui ce n’est pas être une femme.

Quelle est la différence entre un f et un F !?

Une femme est une femme remplie de frustrations.

Une Femme est en elle la Mère, l’Amante Heureuse


Et aussi la Guerrière et celle qui Initie !

C’est elle qui connaît toute la subtilité

De son être intérieur qui peut se révéler.




Si elle reprend les rennes en toute humilité

Abandonnant son corps à toutes voluptés

Afin de satisfaire l’Âme et l’Esprit de l’Homme

Son corps tout entier ressentira l’Extase.

Ça n’est pas satisfaire comme on croit aujourd’hui


En étant une chienne sans respect, sans honneur !

C’est au contraire l’inverse quand elle est Honorée

Que là, elle peut donner tout en intensité.


Comme pour toute chose, la limite est « border ».


Ce qui change la « line », c’est toute la Conscience !

Ne plus se sentir sale ou se sentir fautive

Ni se sentir vengeresse pour Être dans l’Amour.

Si tout le monde attend performance, jouissance


L’une sera frustrée, l’autre sera blessée !

Être là simplement et tout donner à l’autre

Car chacun est Conscient du Joyau Eternel !


Être Femme et Être Homme changent tout dans l’Amour

C’est une autre façon qui touche la transcendance

Où la Danse des corps opère sans mental

Car plus aucune attente, seule la Présence Est.

Si chaque femme devient Femme alors tout peut changer


Car les hommes attendent tous qu’on ouvre le chemin

Pour enfin Révéler leur très beau Féminin,

Car le leur est encore plus sensible que le nôtre !


C’est pour eux d’une puissance encore trop inconnue


Et pour s’ouvrir à elle, ils doivent se sentir

En parfaite harmonie, respecté, honoré,

Pour sentir cette fusion qui révèle l’extase.

Femme et Homme ne peuvent que bien se Respecter,


Honorer, Reconnaître et Aimer en Conscience

S’ils veulent connaître, ensemble, ce qu’est l’Amour Réel

Et nourrir tous leurs corps de cette belle Unité.




N’oubliez pas Humains, nous sommes tous « Androgynes »

Car nous sommes créées par la Fusion d’Amour

De Notre Père et Mère, d'un Homme et d'une Femme

Qui, dans l’Union de leurs sexes, réunirent le Un.



« Révélation Poétique » 01 Février 2008

Extrait du Recueil « Les Révélations de l'Être » de Cécile LANG


www.etrehumain.biz
****
ados
Camille JULIEN
nothing.tosay@hotmail.fr
Lettre de voyage :
J'envoie cette lettre à toi, et à vous,
jeunes hommes et jeunes femmes qui attendent de passer une frontière.
Dans mon travail avec vous, chaque fois que des zones de questionnement sont créés autour de la sexualité,
les questions sont nombreuses, auxquelles il ne peut y avoir souvent que des demi réponses, ou des réponses bien concrète, l'espace du corps et de l'intime ne se dit pas toujours est parfois au delà des mots,
dans l'expérience individuelle.
mais on s'efforce quand même de répondre et de créer l'espace car l'enjeu est de taille, nombreux sont les petits pièges parfois :
Voilà un extrait de mon récit de voyage dans les contrées étonnantes de l'amour et de la sexualité :
En pénétrant dans les territoires du désir,
j'ai failli ne pas voir la ligne que je franchissais
ou la confondre avec une entrée en zone de perturbation :
le monde autour de moi : télé, journaux, m'en donnait une image abrupte et déformée
je l'ai d'abord prise pour autre chose

on m'a dit autrefois « Prends le temps »
j'avais douze ans,
une jeune femme sur mon chemin,
et je te l'envoie à mon tour
par le biais du vent chaud qui souffle dans ce pays
prends le temps d'être à l'intérieur
de savourer l'instant
la découverte
d'avancer lentement
de trouver ton rythme
car ici,
lorsque l'on est prêt
à lâcher prise
le corps se pare à l'intérieur de couleurs nouvelles
qui dansent à l'intérieur
sur des rythmes divers
de nouveaux sens apparaissent
à l'endroit où tous les sens convergent
la peau ici devient comme une pièce unique
instrument du toucher
du plaisir
de l'exploration
de paysages
au début du voyage on est tout seul
d'un coup on est deux
puis sans qu'on le comprenne
on peut être un mais plus seul.

****
Des émois d’Amour

Comment dire à une jeune femme, un jeune homme qui découvre pour la première fois que son corps – ce corps qui est en train de se métamorphoser – n’est pas simplement une machine, une entité physique ou encore une source de plaisir seulement immédiat mais bien plus que cela ?
Peut-être qu’en ouvrant notre cœur, avec des mots délicats, une douce mélodie et un tendre sourire, pourrions-nous signifier à un(e) adolescent(e) que le « SEXE » et la « SEXUALITÉ » si souvent humiliés, salis, critiqués, détournés par notre société et certains êtres humains qui n’en ont pas encore compris leur véritable essence sont à l’origine de la Vie Humaine ? Et, pas uniquement par la fonction reproductrice de la Sexualité non… Plutôt parce que le Sexe insuffle la Vie, il donne corps à nos sensations, à nos émotions, à notre vécu, à notre chair, bref à notre incarnation ! La sexualité quant à elle, témoigne de notre authenticité. Elle est ce que nous sommes…

Mais, qu’est-ce que cela veut dire me direz-vous ? Alors, asseyez-vous, sirotez une boisson chaude de votre choix accompagnée d’une petite douceur et surtout, profitez de cet instant de lecture pour sentir le Sexe Sacré Universel, votre Sexe Sacré, en d’autres termes, les mystères de l’incarnation Humaine.

Le prolongement de notre bas ventre s’achève par notre Sexe, un lieu Sacré, soit un Calice (un vagin), soit une Épée (une verge) selon le Corps dans lequel nous avons choisi de nous incarner. Cette partie de notre corps est souvent ignorée, négligée ou pire, sujette à de grands malentendus. Pendant des siècles, la Sexualité a été bafouée et mal traitée et, le Sexe lui, mal mené ainsi que mal aimé. Il est temps aujourd’hui de réhabiliter Sexe et Sexualité pour les consacrer !!! En effet, qu’existe-t-il de plus beau qu’un acte d’Amour partagé entre deux personnes qui se vouent un respect mutuel et total ? J’entends par respect : la reconnaissance et l’acceptation de l’autre tel qu’il est ! N’est-ce pas ce que l’on peut nommer Amour Inconditionnel ?
Comment peut-on considérer comme « sale » un organe (Sexe) qui crée la Vie, « mal » un acte (Sexualité) qui unit les Êtres Humains ?
Je vous propose donc de mettre un instant de côté nos préjugés et notre inconscient collectif critique à ce sujet afin de vous présenter ma conception actuelle de la Sexualité :

De notre Sexe partirait notre Créativité, notre Force de Vie, notre Énergie Vitale, notre Vraie Nature. La Sexualité ne serait pas seulement « faire l’amour », elle irait bien au-delà. La Sexualité nous reconnecterait à notre essence. Elle donnerait corps à notre âme ! Nous ferions l’Amour comme nous sommes. Selon les valeurs qui seraient les nôtres, nous nous donnerions à l’Autre de telle manière, nous lui prodiguerions telle caresse, nous oserions telle position, nous partagerions un certain degré d’intimité avec notre partenaire, nous le laisserions plus ou moins découvrir notre Temple et, nous nous abandonnerions graduellement à l’Extase.
La Sexualité Sacrée, celle qui donnerait un arc-en-ciel de Couleurs à notre Vie, celle qui laisserait une trace indélébile sur notre Âme, celle qui siègerait dans les tréfonds de notre ventre s’expérimenterait dans certaines conditions. En voici quelques-unes : la confiance accordée à son partenaire ; la connivence existante entre deux amants, chacun ayant vécu au préalable, le mariage intérieur de son Féminin et de son Masculin ; la rencontre d’une âme-sœur (nous en aurions certainement plusieurs sur cette Terre)…
Ce ne serait pas l’expérience pratique et technique de son partenaire ou de soi qui rendrait Sacré l’acte d’Amour, mais nos Authenticités respectives, la pureté de nos intentions, la conscience du moment présent vécu à deux et le souffle de la Vie qui nous traverserait à cet instant. Autrement dit, ce serait l’expérimentation de l’Immanence : ne faire qu’Un avec l’Univers, être envahi de Joie et inondé d’Amour.
Cette Sexualité Sacrée ne serait pas non plus uniquement l’apanage de la pénétration. La Sexualité Sacrée se vivrait à partir du moment où nous serions prêts à être Vrais, Authentiques. Elle se manifesterait déjà dans la Tendresse d’une simple caresse si elle était offerte avec tout notre Cœur et notre Énergie vitale aussi appelée Énergie Sexuelle. Alors, nous ressentirions dans notre Corps, une vague de chaleur, une tempête de plaisir et un tsunami d’Amour. La douceur d’une étreinte partagée Cœur à Cœur procurerait aussi ce sentiment d’Être !
Être serait différent d’avoir ou de recevoir, qui serait davantage lié à une certaine passivité. Être demanderait une écoute de notre Corps, de notre Cœur et de notre Âme reliés tous trois par un Temple : notre SEXE.
Le Sexe et la Sexualité réuniraient l’énergie Féminine, l’énergie Masculine et aussi, la Vie !
La pénétration ne serait finalement que le dernier point qui conclurait toute une philosophie de Vie. Bien sûr elle serait magnifique et magique lorsque le pénis vécu en conscience par l’homme honorerait le vagin prêt à l’accueillir. Une certaine sérénité serait donc nécessaire pour donner ou recevoir totalement et agréablement ce don d’Amour. Cet élan d’Amour équilibrerait le Yin et le Yang. Et quelque fois, cette Osmose Harmonieuse créerait une nouvelle Vie Humaine. De cette union naîtrait donc parfois des êtres en devenir et le plus souvent, inspirerait notre Créativité. En effet, l’élan de Vie ressenti lors d’une douce, modérée ou sauvage étreinte vécue en conscience stimulerait notre Potentiel Créatif. L’exploitation de ce dernier en serait davantage épanouie.

Ainsi, le Sexe, la Sexualité, l’Amour, l’élan de Vie et la Créativité pourraient être envisagés, me semble-t-il, comme des partenaires indissociables lorsque nous ne réduisons pas la sexualité au seul acte sexuel mécanique, mais que nous lui conférons une dimension Sacrée.
De nos jours, certains spécialistes du système digestif affirment que le ventre est notre deuxième cerveau et, qu’il est fortement lié à nos émotions. Peut-être pouvons-nous ajouter aujourd’hui que notre Sexe est le lieu concentrationnaire de notre Force de Vie (notre chi), de notre Potentiel Créatif et de nos ressources intarissables d’Amour ?

Puisse la Vie vous enivrer d’Amour !

Erika Cazaux
En quête de sa Vérité et ardente défenseuse de la Différence de chacun et de son acceptation.
erika_cazaux@hotmail.com

 

 

GALERIE

     
 

 

PORTRAIT DE FEMME

Legend Keeper Géraldine
« Vous partager mon rêve est pour moi un acte politique »

évoquer mon « Rêve de Femme », c’est pour moi rassembler les parfums de mon monde céleste intérieur, puis les concrétiser en mots que je peux partager avec vous.

En mon ventre, en mon cœur, tout est clair, simple, vivant. L’image d’une Terre belle, d’une Mère Terre aimée et respectée habite chacune de mes cellules ainsi que la vision d’une humanité fraternelle, sororale qui sur la terre s’aligne avec les lois cosmiques et universelles. Chaque jour avec conscience je donne mon temps et ma vie à la réalisation du rêve que je porte en mon Temple-Femme depuis la nuit des temps.

Cette femme souveraine et collective en moi est plus vivante que jamais en ce début de nouveau cycle planétaire.
Dans ma vision solaire et sacrée, la femme souveraine est une être à part entière ; tout d’abord elle cultive son jardin spirituel ; elle a droit à une sexualité satisfaisante, entière, évolutive et elle la vit sans culpabilité ; elle ne fait pas de compromis car elle a travaillé sur elle-même, c’est pourquoi elle en attend autant de son partenaire, de ses sœurs et du monde ; elle a développé ses plans de conscience, elle est autonome, responsable et engagée pour le Conscient collectif féminin et planétaire ; elle a récupéré ses pouvoirs, elle est une Souveraine de son royaume et elle est prête à initier le Féminin sacré en l’homme ; son oui est un oui, son non est un non, pas de demi-mesure. C’est l’heure !

Oui, j’espère en la guérison du Féminin sacré dans le cœur des femmes et des hommes sur la terre. Ainsi voient les yeux de mon âme :
les femmes ont soigné le Féminin sacré en elles ; elles guident les hommes vers cette même guérison intérieure où règne l’amour solaire ; un nouvel équilibre est installé sur la terre ; le mouvement perpétuel et harmonieux de ces deux Principes que sont le Féminin sacré et le Masculin sacré nourrissent le Conscient collectif planétaire ; l’humanité toute entière travaille à la construction d’une Terre Mère, belle, aimée et respectée ; les femmes souveraines et les hommes souverains marchent main dans la main et regardent dans la même direction et ceci avec un haut-idéal ; l’Harmonie règne, l’Amour est sa Reine, la Sagesse est son Roi…

Vous partager mon rêve et le rendre « visible » avec des mots, c’est une concrétisation, c’est un acte « politique », c’est déposer en vos cœurs ma puissance et ma vulnérabilité, c’est nourrir le Conscient collectif féminin et planétaire avec foi, avec espérance et avec un amour sans limite, c’est honorer la Souveraine qui dessine la vie en moi à chaque jour, c’est remercier le Divin de m’avoir prêté ce corps de femme pour approfondir mon apprentissage de la vie, c’est vous dire : « Femme je vous aime, honorons ensemble le Féminin sacré en tout être vivant et dansons la Joie sensuelle d’être en vie à chaque instant ».

Avec gratitude.
 

 

 
 

© Rêve de Femmes 2009 - mentions légales