Rve de femmes
Vous êtes ici : Accueil > Revues > No 31 - Vivre en harmonie avec son cycle lunaire PDF
 
 
 
N°46 - Abusée, violée, sensible et pleinement vivante
N°46 - Abusée, violée, sensible et pleinement vivante
N°45 - S'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend
N°45 - S'abandonner, s'ouvrir, s'offrir, ça s'apprend PDF
N°44 - Cultiver la joie
N°44 - Cultiver la joie PDF
N°43 - Rites des Premières Lunes
N°43 - Rites des Premières Lunes PDF
N°42 - Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ?
N°42 - Une Sexualité Sacrée - Pour quoi ? Comment ? PDF
N°41 - L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ?
N°41 - L'alimentation vivante peut-elle restaurer la santé des femmes ? PDF
N°40 - L'appel de la Femme Sauvage
N°40 - L'appel de la Femme Sauvage PDF
N°39 - Se séparer sans se déchirer
N°39 - Se séparer sans se déchirer PDF
N°6 - Agenda lunaire 2016 - N°6 - PDF
N°38 - Une femme avec une femme
N°38 - Une femme avec une femme PDF
N°37 - Amour, tendresse, fluidité
N°37 - Amour, tendresse, fluidité PDF
N°36 - La fonction de l'orgasme
N°36 - La fonction de l'orgasme PDF
N°5 - Agenda lunaire 2015 - N°5
N°35 - Oser rêver grand et vivre ses Rêves pdf
N°34 - Sorcières, soeurcières, sourcières d'aujourd'hui PDF
N°33 - La Gynéco autrement PDF
N°32 - Les blessures sexuelles PDF
N°31 - Vivre en harmonie avec son cycle lunaire PDF
N°30 - Le Polyamour PDF
N°29 - Rites de purification PDF
  - Agenda lunaire 2013 - N°3
N°28 - La fidélité : à qui, à quoi ? PDF
N°27 - Tentes rouges, Cercles de Femmes PDF
N°26 - Clitoris et points A, B, C, D, E, F, G... - Parlons d'amour et de sexualité aux ados PDF
N°25 - L'argent, une valeur féminine - Décoder le calendrier Maya PDF
N°2 - Agenda lunaire 2012 - N°2
N°24 - Mystère et Puissance de la Matrice - Lorsque les Mères saturent PDF
N°23 - Femmes lunaires, femmes solaires - Secrets de beauté au naturel PDF
N°22 - L'Homme honore le Féminin - Histoires de Seins PDF
N°21 - Les Archétypes - Accouchement Orgasmique PDF
N°1 - Agenda Lunaire 2011
N°20 - Saisons de vie - L'enfant... école alternative PDF
N°20 - Saisons de vie - L'enfant... école alternative
N°19 - Réinventons le couple - Perceptions subtiles PDF
N°18 - Ménopause épanouie - Tao des émotions PDF
N°17 - Contraception naturelle - Rivalité... Sororité PDF
N°17 - Contraception naturelle - Rivalité... Sororité
N°16 - L'IVG - L'Apparence reflète l'Intérieur PDF
N°15 - Le Sang des Lunes - Pretresses d'aujourd'hui PDF
N°14 - Contes Initiatiques - Sexualité Yin PDF
N°14 - Contes Initiatiques - Sexualité Yin
N°13 - Femmes en réalisation - Prière... action PDF
N°12 - Gratitude - Danse, Grand-Mère
N°11 - Du corps à l'esprit - Femmes de Pouvoir PDF
N°10 - Femme créative - Porter la Vie
N°9 - Semences pr l'à-venir / Mère Terre
N°8 - L'Esprit des Plantes - S'ouvrir à la Mort
N°7 - Le Don d'Amour - Sexualité Sacrée PDF
N°6 - Gai-rire de soi - Apprentie de la Vie PDF
N°5 - La Voix du Silence - Notre lieu de Pouvoir PDF
N°4 - Appel des Femmes... conscience planétaire PDF
N°3 - Responsabilité/Liberté - ...les Ados PDF
N°2 - Sororité/Coopération-Ménopause... Sagesse PDF
N°1 - Cycles du corps-Cycle Lunaire Féminin PDF
  - HackedBy Escko
 
 
 
Affichage mosaïque
 
 

Si vous souhaitez créer un lien vers notre site, insérez notre bannière en copiant le code suivant :

<a href="http://www.revedefemmes.net" target="_blank"><img src="http://www.revedefemmes.net/banniere.jpg" alt="Rêve de Femmes" border="0" /></a>

 

Vivre en harmonie avec son cycle lunaire PDF - N31

> Extrait | > Galerie | > Portrait

SOMMAIRE

03 édito / Karine Nivon
04 Sommaire
05 Ours / Cercles de Femmes

06 CARPE DIEM
07 L’air du temps / Frédérique Larcher
08 Astrologie mondiale / Michèle Raulin
10 énergie de saison / Sarah Maria Samaya

12 CORPS ACCORD
13 Naturo gynéco / Karen Morand
14 Succulente / Saïda Désilets
15 Essences féminines / Jutta Lenze
16 Matern'Elles / Carine Maia Phung

17 PARFUMER L'ESPRIT
18 Courrier des lecteurs / Pâquerette Faure
19 Carte à méditer / Myrrha
20 Le coeur se livre / églantine Fournier
21 Mutation ou révolution ? / Christine Marsan
22 Le Rêve d'une femme / Maryse Lassabe

23 DOSSIER : VIVRE EN HARMONIE AVEC SON CYCLE LUNAIRE
24 Surfer le cycle, danser les vagues / Jacqueline Riquez
26 Les quatre archétypes féminins / Miranda Gray
29 Ode au cycle féminin / G.
30 Du têtard à la grenouille : une lente métamorphose / Stéfanie Tnk Vella

32 PARTAGE : SEULE
33 De la seulitude à la consolation / Margalida Reus
36 La Clé de SOL-itude, composer et vibrer la musique de son âme / nesmeha
38 Sacrée solitude ! Solitude sacrée... / Sylvette Riéty
40 « Tout cela est bel et bon, dit Candide, mais il faut cultiver notre jardin » /
Muriel Dagmar
42 Seule... Et pourtant / Géraldine & co

43 POUR L'AMOUR DE L'ART
44 Rubrikadabra : Réalisation pas à pas d'une jupe de Célébration /
Karen Cayuela
46 Beauté d'Ivoire : Les perles de reins / Philomène Bohoussou

47 GARDIENNES DE LA TERRE
48 Parole de terrienne : Fleurs de Femmes / Julie Rowbotham
50 Femmes semencières : Ces femmes qui réensemencent le monde ! /
Marianne Ghirardi
51 Femmes de boue / Nydia Solis Tzaquital

54 NOURRITURES TERRESTRES
55 Alimentation vivante / Carine Phung
56 Cuisine ayurvédique / Vibusha

58 Bulletin de commande
60 Agenda
61 Les possibles à partager
67 Petites annonces
68 Portrait d'artiste / Wabimeguil

 
 

 

EXTRAIT

voici les textes qui ne sont pas parus sur la revue, faute de place :

N°31

VIVRE EN HARMONIE AVEC SON CYCLE LUNAIRE

Les Archétypes Lunaires : Voie de connaissance et de transformation

Rencontrer en soi, nos archétypes lunaires : la sorcière (qui marque le début du flux menstruel), la vierge (de l’arrêt du flux à la période de l’ovulation), la déesse mère (période de l’ovulation), et l’enchanteresse (après l’ovulation jusqu’au prochain flux) est fondamental pour vivre en harmonie et en conscience notre cycle lunaire rythmé par les hormones et/ou la lune dans le temps de la ménopause.

Découvrir les tonalités, les besoins, les potentiels et les ombres de chacun de ces archétypes, nous apprend à les considérer et à les respecter en tant qu’Entité dépositaire d’une énergie spécifique à l’intérieur de notre corps et de notre psyché et par là même nous apprend à nous connaître et à nous respecter davantage dans notre féminin. Ce qui nous ouvre à une vie plus riche car nous reconnaissons les changements inhérents au Féminin : être toujours pareil mon dieu c’est ennuyeux ! Et cela nous éveille à une vie plus douce en s’autorisant à ne pas être parfaite, être toujours au top : c’est vraiment contraignant ! Mais d’accepter comme au sein de la nature, les marées : qu’il y ait des hauts et des bas.

Comment en faire une force et un atout au lieu de le vivre comme une défaillance ou une faiblesse ?

C’est un véritable voyage initiatique que la femme peut entreprendre et accomplir tout au long de sa vie tant il est porteur d’enseignements et de connaissance de soi.
Tout d’abord, c’est en commençant à prendre conscience chaque jour des différences dans l’état intérieur, dans les humeurs, dans les sensations du corps, dans les besoins de vivre sa journée à des rythmes plus ou moins lents, plus ou moins dynamiques, dans les vécus de la sexualité, dans les envies, dans les thématiques de rêves etc.
C’est une première étape nécessaire pour se réapproprier son corps (l’habiter pleinement), pour établir des liens plus intimes et conscients avec son utérus, ses ovaires, le système hormonal, la psyché et le cerveau. Ceci permet de réaliser combien tout est relié à l’intérieur de soi et à l’extérieur. La femme peut alors grâce à ce vécu plus conscient de toute sa richesse féminine remarquer les synchronicités dans sa vie entre la phase archétypale du moment et les expériences auprès des 4 règnes : végétal, minéral, animal et humain. Par exemple, le rapport de la femme avec ses plantes en phase déesse mère est différent dans sa façon d’en prendre soin qu’en phase sorcière : elle peut d’ailleurs remarquer que dans cette phase, ses plantes peuvent faire des nouvelles pousses (des bébés !), alors qu’en phase sorcière, elle peut intuitivement percevoir ce dont ses plantes ont besoin et celles-ci, en échange, peuvent sécréter des essences ou des vibrations qui vont la régénérer.

Vivre en harmonie avec son cycle lunaire c’est aussi rencontrer et résoudre les blessures, les failles, les difficultés que les archétypes ont gardé à l’intérieur d’elles, comme des empreintes détectables qui marquent notre façon d’être au quotidien et qui attirent malheureusement certaines expériences pourtant déjà vécues comme douloureuses etc.
Au cours de roues de guérison que je propose lors des stages sur le féminin, je vois combien il est libérateur pour la femme qui est dans sa roue de guérison et pour les autres femmes aussi d’ailleurs ! De reconnaître et de se déposer dans un vécu difficile que les archétypes demandent à recontacter. Ce vécu peut révéler de la tristesse, de la colère, de l’amertume, du découragement, de la peur, des trahisons, de l’abattement, de l’orgueil, de la solitude, de la difficulté à être douce, à être sensuelle etc. Cela n’est jamais facile et agréable de descendre dans nos ombres et blessures mais la guérison survient lorsque la femme s’abandonne pleinement à ce vécu et ses archétypes lui sont toujours très reconnaissantes d’avoir osé rentrer dans ses profondeurs sombres qui, si elles ne sont pas reconnues sécrètent une odeur fétide à l’intérieur qui amène aux douleurs, à la maladie, à l’aigreur, au manque de libido, à la dépression etc.
Se sentant libérés d’un poids, les archétypes nous amènent alors leurs forces et leurs potentiels comme une offrande et un soutien envers nous.

Grâce à une bienveillante attention aux archétypes lunaires comme nous l’avons vu au début de cet article et grâce à des temps de transformation et de guérison, la femme a le pouvoir de rayonner une vie quotidienne plus riche, plus variée, plus fertile en incarnant ses archétypes comme force de vie et d’évolution.

Christine LUTTRIN
Site : www.lessenceducorps.com

****************************

SEULE


Seule ? Avec moi-même

J’ai toujours eu au fond de moi ce besoin d’être seule de façon régulière, afin de me ressourcer, de me retrouver, de me régénérer. Pour moi, être « seule » est synonyme de repos, de paix, de bien-être.


Depuis toujours, j’ai eu besoin de temps « seule ». Plus que la moyenne des personnes autour de moi je crois. J’occupais ces temps de solitude en écrivant, en dessinant, en lisant ou en rêvant. Cela me permettait de poser des mots sur mes émotions, mon vécu du moment, de me projeter dans des futurs souhaités.

Ces dernières années, les différentes démarches de développement personnel et de travail sur moi, m’ont amenée à multiplier ces temps de solitude et à y inclure d’autres activités ou finalités.

Mon activité solitaire favorite est de me balader en forêt. J’aime y partir pour plusieurs heures, voire une journée entière, mon sac à dos sur l’épaule, me disant que j’irai là où mes pas et mon inspiration me guideront. Les personnes qui me connaissent sont maintenant habituées, mais on m’a longtemps demandé : « Mais, tu n’as pas peur, seule, en forêt ??!! C’est dangereux pour une femme seule ». En fait je me sens en sécurité en forêt, je m’y sens bien. Je ne m’y sens pas du tout seule, car même si je me balade « seule », je ressens toutes ces énergies des arbres, des végétaux, des esprits de la nature, des présences invisibles. Je m’y sens entourée d’amour et en sécurité, je m’y sens comme dans un cocon.

Lorsque je suis seule, j’aime marcher doucement, et pieds-nus la plupart du temps. Je suis alors concentrée sur mon souffle, sur le mouvement et le ressenti de mes pieds, sur l’humidité de la terre ou au contraire les brindilles sèches qui craquent au sol. J’avance en accord complet avec le rythme de mon corps, j’avance en regardant par terre où je pose mes pieds, mais aussi autours de moi, en portant mon attention sur les clins d’œil de la nature au fur et à mesure : Ici une branche recourbée comme une porte énergétique, ici une mousse bien plus verte qui m’invite à me poser quelques instants sur ce lieu.

Je vis finalement chaque balade comme un chemin initiatique, la nature m’apprends et me transmet de nombreux et beaux messages, qui se succèdent et donnent généralement une thématique ou un « enseignement » global à la fin de ma promenade.

Lorsque je me balade seule, j’ai toujours deux « outils » avec moi :

Mon tambour : J’en joue quelques minutes, parfois quasiment toute une balade. Lorsque je suis seule, c’est là que je me laisse transporter par mon tambour. Tout est fluide et simple, je suis Moi. Le rythme, les sons, tout sort tout seul spontanément, harmonieusement, naturellement. Beaucoup plus que lorsque j’en joue devant ou avec d’autres personnes. Mon tambour fait partie de moi, il m’aide à sortir mes émotions avec des sons qui sont déconnectés du mental. Il vibre avec moi et me ressource. Je me sens vivante lorsque je joue et chante avec mon tambour.

Ma pochette de dessins et me feutres : Souvent je me trouve un pied d’arbre contre lequel je m’adosse, une pierre sur laquelle je m’assois, un bord de ruisseau dans lequel je trempe mes pieds, et je dessine selon l’inspiration. Je laisse venir ce qui se présente et mes mandalas se créent dans l’énergie de l’instant et du lieu. Ces temps de créations et de repos sont précieux pour moi. Ils m’aident à me centrer, à me poser, à me ressourcer.

Parfois, je m’arrête, m’allonge et contemple les arbres, j’aime « noyer » mon regard dans leurs feuillages et laisser mon esprit vagabonder, tout en sentant la chaleur du soleil sur ma peau et la fraicheur apportée par l’ombre des feuilles.
Parfois, j’avance et me laisse guider par ma « part animale », je me connecte à mes ressentis et tâche de les laisser me guider. Je laisse aussi l’enfant rieur en moi sortir plus facilement. Pas de tabous, pas de honte face à moi-même, je suis Moi. Je sautille, je danse, je pousse des cris, je ris.

Ces moments de solitude m’aident à ressentir qui je suis vraiment. Ils me permettent de faire le point sur où j’en suis dans ma vie, dans mes projets, dans mes envies. Ils me permettent de me reconnecter à la véritable Cécile. Car en société, avec des amis, dans la famille, dans le couple, même si j’essaye d’être la plus authentique possible, je ressens souvent le poids d’un masque, d’un rôle, d’une « case ». Lorsque je suis seule face à moi-même, seule avec moi-même, je me sens extraordinairement libre, de mes pensées, de mes sons, de mes émotions.

C’est seule que j’ai jusqu’à présent vécu en moi la plus grande connexion à l’univers, avec un sentiment de bien-être profond et d’amour tellement puissant.

Mais aussi profonds que ces moments de solitude puissent être, j’aime également la vie en société, en couple, en famille, et je ne souhaiterai pas vivre seule tout le temps. Les moments de complicité amoureuse, les fous rires à plusieurs, le partage d’un instant magique avec des proches, les échanges philosophiques autours d’un sujet, etc. Tout cela est aussi essentiel pour moi, dans mon équilibre.

Ces moments de ressourcements « seule » m’apportent finalement une meilleure connaissance de moi, afin d’être de plus en plus « Moi-même » au quotidien, y compris avec les autres.


Cécile Cervantes
www.dessinsmandala.onlc.fr

***************************************

REVENIR A SOI POUR DEVENIR

Sur notre chemin de Vie personnel ou spirituel, nous pouvons être guidées, soutenues par bon nombre de personnes, de rencontres, notre réalisation se fera toujours seule.

La Vie nous porte sur notre chemin et nous présente des expériences diverses et variées. Au gré des événements fluctuant, nous sommes tantôt dorlotées, bercées dans un joyeux « cocooning émotionnel », tantôt bouleversées, chahutées, marquées par des souffrances parfois indélébiles. C’est alors que nous façonnons inconsciemment, nos « masques », nos « schémas de fonctionnement » liés à ces événements qui nous construisent, à notre éducation, notre environnement. C’est une façon de nous adapter. Nous avons toutes en nous nos mécanismes de fonctionnement. Ils peuvent parfois nous permettre de continuer notre route en tentant de masquer vainement des émotions douloureuses, enfouies.

Ainsi, nous pouvons vite nous retrouver à accorder notre comportement en fonction de ce que les autres, notre entourage (familial, professionnel, amical) attendent de nous.
Par peur du rejet, de l’abandon ou tout simplement pour se faire aimer, nous pouvons nous retrouver à agir en tenant avant tout compte de l’extérieur et non de notre intérieur, de nos envies propres. Nous perdons de vue notre phare intérieur et notre intuition prend le large. C’est ainsi que nous nous éloignons progressivement et insidieusement de nous même au fil des années sans même nous en rendre compte.

C’est alors bien souvent la vie qui se charge de nous remettre en contact avec nous même. Un sentiment de mal être inexpliqué, de tristesse, de pesanteur peut se faire ressentir. Une épreuve, une maladie entrer dans notre vie et bouleverser toutes nos habitudes.
Une grosse remise en question s’impose et bien souvent une traversée du désert. Tous nos repères s’envolent et il nous faut nous reconstruire différemment sur des fondations que nous aurons nous même librement choisies. Et nous voilà partie en quête de nous même !
Bien souvent prises dans la spirale du quotidien, nous sommes plongées au cœur de la matière : les enfants, la maison, le travail, la famille etc. Cela peut vite devenir un « trop plein » où le moindre espace de libre est comblé. Qu’il peut être bon et nécessaire de faire une pause, pour Soi !

C’est dans la solitude, le repli, le retrait, le silence, le vide que vont jaillir nos réponses. C’est en faisant taire notre carrousel mental que nous arriverons à plonger dans nos abysses les plus profondes et prendre contact avec notre Être, nos ressentis, notre intuition.

SE RELIER A LA TERRE

Le contact à la nature me paraît essentiel pour reprendre contact avec ses racines, se ressourcer. Un exercice tout simple que j’aime tant pratiquer est de m’isoler un moment, dans un lieu apaisant, un jardin, un écrin de verdure, et me glisser dans mes 5 sens. Je commence par me remplir visuellement de cet environnement qui s’offre à moi. Regarder jusqu’à ressentir et percevoir intérieurement les vibrations des couleurs du lieu. Prêter une oreille attentive à la faune, me laisser bercer par les gazouillis enchanteurs et printaniers des oiseaux.
Toucher, palper cette Terre sur laquelle j’aime tant marcher nus pieds et qui me recharge à chacun de mes pas. Me laisser pénétrer par les odeurs de cette Terre qui revit après un hiver si long, sentir l’odeur de la Terre fraîchement labourée ou l'humer, l’humecter au dessus d’un pot de fleur ! Je me plonge dans mes sensations, mon corps, mon cœur, mon cerveau droit. Mon mental s’amenuise. Il n’a plus de place, son attention est moindre. Je me faufile dans cette espace avec légèreté et entrain.
Mes idées deviennent plus claires. Je me sens reliée à moi-même par le biais de la nature. Sans rien provoquer, juste en accueillant, je peux alors faire des liens sur ma vie. Une compréhension nouvelle s’ouvre à moi sur ce que je vis. Je mets en lumière des schémas répétitifs, un émotionnel, une blessure qui se rejouent à la manière d’un disque abîmé. Qui sautent et recommencent. Inlassablement.

RITUEL D’AMERIQUE DU NORD

Un petit rite Amérindien consiste à s’isoler, à méditer sur soi en se reliant pleinement à la nature. On choisit un objet : une pierre ou bien souvent une plume de corbeau (pour la symbolique de « mourir à l’ancien »). On pense à une blessure, une souffrance dont on veut se libérer. Puis, on va souffler en conscience sur l’objet que nous aurons choisi. Il sera ainsi imprégner de cet émotionnel. L’important est d’y mettre toute son intention, sa Foi en ce que nous réalisons. On l’enterrera en conscience en demandant à la Mère Terre de boucler définitivement ce cycle, et recycler nos émotions.

Par ce rituel, nous coupons le cycle répétitif et nous libérons pleinement.
Nous possédons ce potentiel d’auto guérison en chacun de nous ! A nous de l’explorer en conscience et de nous faire confiance !

On peut consulter divers thérapeutes, pratiquer bon nombre de thérapies, la clé ultime réside en chacun de nous ! A nous de l’utiliser ! Ce trésor, ce contact avec notre Être Profond ne peut se révéler qu’en étant « Seule », dans un tendre face à face à « Soi m’aime »! Qu’il vous ouvre le champ de tous les possibles…


Emilie Lecornu
kinesio.lecornu@gmail.com


***************************************

SEULE

Seule ment?

Bon ! Par quoi commencer ?
A quoi me référer ?
Quelle définition puis-je donner à ce « Seule »,
Et aussi comment définir cette personne « seule » qui est moi tout simplement ?

Peut-être...
Seule comme
Savoir écouter le silence intérieur pour mieux sentir ce qui est bon pour moi.
Enlacer mon être les jours de manque de l'absence d'un autre, afin de prendre soin de moi et de me réconforter.
Unifier mon être, avec mes polarités masculine et féminine avec douceur, bienveillance, patience et tendresse, pour gagner en autonomie.
L'être aimé est tout près de moi... et oui, c'est moi-même !
En savourant ma présence en toute simplicité avec volupté et émerveillement face à ma vie ! ! !

Seule,
C'est peut-être...
Du vide et du plein.
Adroite et gauche.
Courageuse et paresseuse.
Aventurière et casanière.
Artiste et défaitiste.
Parent et enfant.
Amoureuse et malheureuse.
Masculine et féminine.
Altruiste et l'individualiste.

Seule souvent et longtemps.
Seule encore à présent.
Seule de temps en temps.
Seule certainement !

Une envie d'être à deux, profondément;
D'être toucher, souvent;
D'être regardée et admirée, justement;
De partager, la plupart du temps.

Seule, à mes dépends.
Seule, inconsciemment.
Seule, au fil du temps.
Seule, amoureusement !

Un besoin de jouer, de parler, de rire,
Un besoin de tout dire, avec transparence,
Un besoin d'être tout sourire,
Un besoin de présence.

Rien n'est facile et en même temps tellement simple,
Respirer, dormir, manger, marcher,
Imaginer, projeter, voyager, rêver,
Pleurer, donner, savourer, admirer,
Sauter, créer, tomber, se relever.

Seule est pour moi le grand chemin.
Apprendre à vivre, comprendre et aimer qui je suis.
Le divin fait désormais partie de ma vie;
Précieux présent, car je ne me sens plus seule à présent ! ! !

Seule, est-ce possible ?
Seule, est-ce fragile ?
Seule, est-ce tranquille ?
Seule, est-ce facile ?

Enfin, j'aimerais témoigner que ce « Seule » se conjugue désormais pour moi au pluriel, et je peux désormais m'envoler, voler au dessus du monde, munie de mes deux ailes.
C'est un Pluriel de saveur, d'odeur, de couleur, de son, de mouvement, de caresse, de regard, de contemplation, de conscience, de choix, de qualité, de compétence, de talent et de don, que la vie m'offre et qui se dévoile à mon être depuis ma venue sur cette Mère-Terre.

Je rends hommage et grâce à ce « Seule » qui me permet désormais d'être plus pleinement qui je suis en toute transparence, de jour en jour, même si l'égo rode encore derrière le décor !
Je ne suis plus seule, car une lumineuse présence divine m'habite et m'invite à la communion avec l'Essence-Ciel.

A présent, ce « Seule » est un Trésor !
Il s'est bonifié, a grandi, s'est épanoui et nourri.

Je m'habite désormais,
Car « Seule », je sais vivre avec moi maintenant !

MuriAiles
murielle.chatel@sfr.fr

 

 

GALERIE

     
 

 

PORTRAIT DE FEMME

Maryse Lassabe
Je fête 80 printemps et 22 ans de librairie, une vie riche d’expériences et de rencontres
pour vivre tous les rêves. Comme je le raconte dans le livre « Rencontres vers Les cent ciels » que j’ai écrit avec mon ami Richard Cross, notre vie se construit par des rencontres qui parfois se préparent dans l’invisible et pour lesquelles il faut être prêt pour les accueillir lorsqu’elles se présentent.
Avec une enfance près de Lourdes je voulais m’orienter vers le médical mais la rencontre de celui qui deviendra mon mari m’a entrainée vers un tout autre chemin. J’ai réalisé mon rêve d’être maman et j’ai le bonheur d’avoir deux grandes filles et d’être mamie d’une jolie petite
fille Loulee.
Mes occupations professionnelles me permettaient de venir à Paris régulièrement ce qui n’était pas pour me déplaire. Aussi après les changements dans ma vie, je décidais de venir vivre à Paris et de donner un nouveau sens à ma vie. Une expérience dans une société d’aide au logement et aussi du bénévolat dans une association féminine le Zonta me permit
d’organiser une exposition sur « Les femmes, l’aviation et l’espace » au parc Floral de Paris.
En même temps je prenais des cours d’astrologie avec Joëlle de Gravelaine dans la librairie L’Espace Bleu. J’assistais à des conférences sur le développement personnel, la pensée positive, et je décidais d’ouvrir une librairie qui recevrait et organiserait des rencontres,
des conférences et des expositions. À plusieurs reprises des clients m’ont déclaré avoir
eu une vie transformée par un livre que je leur avais conseillé ou par la rencontre d’une personne dans ma librairie. Certains de ces témoignages, écrits par des auteurs de grande renommée se retrouvent dans mon livre.
Je viens de recevoir la récompense la plus touchante avec l’écriture de ce livre et tous les
témoignages des amis qui me suivent depuis sur ce chemin, comme l’a écrit Michel Jonasz pour la préface. Il a décrit en quelques lignes tout mon parcours de libraire dans ce monde de plus en plus complexe mais aussi de plus en plus édifiant.
 

 

 
 

© Rêve de Femmes 2009 - mentions légales